Vous êtes ici

Guide de survie aux invasions de fourmis

Guide de survie aux invasions de fourmis
|

Chaque année, alors qu’on célèbre le retour du printemps, il y a des invités dont on pourrait bien se passer : les fourmis. Si votre cuisine semble envahie par ces petits insectes qui grimpent sur les comptoirs, prennent d’assaut le garde-manger et s’en donnent à cœur joie dans vos sacs de farine, voici quelques conseils pour reprendre le contrôle de votre territoire.

 

Comprendre pourquoi

Pour découvrir comment les fourmis s’en prennent à votre maison (et en particulier, votre cuisine), il faut d’abord comprendre pourquoi.

Les fourmis s’organisent sous forme de colonie, en suivant une hiérarchie rudement efficace où chacun a son travail à faire. Une seule colonie peut compter des centaines, des milliers ou même des millions de fourmis, et (lorsque plusieurs fourmilières sont connectées entre elles) atteindre la taille d’un terrain de tennis.

Au cœur de chaque colonie se trouve la reine : c’est la seule qui soit capable de pondre des œufs et d’assurer la survie de sa famille. Il n’est pas rare qu’une colonie compte plus d’une reine.

La plupart des fourmis appartiennent à la famille des ouvrières et s’affairent aux différentes tâches à accomplir : veiller sur la reine et ses œufs, creuser et réparer des nids, trouver de la nourriture et combattre les ennemis.

Les fourmis sécrètent des phéromones – sortes de « marqueurs chimiques » – pour communiquer avec leurs collègues. Et la principale utilisation des phéromones est pour identifier un trajet à suivre pour atteindre une source de nourriture.

C’est surtout lors des températures extrêmes que les fourmis envahissent les maisons. Lors des canicules chaudes et sèches, elles partent en quête d’eau et de nourriture et après des pluies importantes, elles cherchent à fuir la colonie inondée.

 

Quoi faire ?

1) Agir rapidement

Les premières fourmis à s’aventurer dans les maisons sont les exploratrices : leur travail est de trouver une source de nourriture et de se rapporter à la colonie. En réagissant correctement dès leur apparition, il est possible de présenter la maison comme un endroit « peu intéressant » et d’éviter une invasion de fourmis à grande échelle plus tard. Si les fourmis doivent déployer trop d’effort pour atteindre la nourriture, elles chercheront ailleurs.

 

2) Rendre difficile l’accès à toute nourriture

Concentrez-vous sur un blitz de ménage pour maintenir votre cuisine dans un état impeccable pendant environ une semaine :

 

  • Ne laissez pas de vaisselle sale sur les comptoirs : lavez-la au fur et à mesure ou rangez-la dans le lave-vaisselle, en vous assurant que la porte soit bien fermée.
  • Rincez les contenants avant de les mettre au recyclage.
  • Balayez les planchers tous les jours.
  • Rincez les pots et condiments de nourriture sucrée ou collante, en particulier les confitures, les sauces, le miel et le sirop d’érable.
  • Nettoyez les comptoirs et cabinets à l’aide de vinaigre ou d’un produit d’entretien : l’odeur interférera avec les phéromones laissées par les fourmis.
  • En particulier, les fourmis sont attirées par le sucre et la farine : placez quelques feuilles de laurier dans les sacs pour les repousser.

 

3) Trouver et éliminer les points d’entrée

Alors que le premier réflexe est souvent d’écraser les fourmis tout de suite, vous pouvez d’abord jouer à l’explorateur vous aussi.

Suivez patiemment les premières fourmis et essayez de déterminer par où elles entrent : il s’agit souvent de fissures à proximité des portes et fenêtres. Assurez-vous ensuite de sceller ces ouvertures à l’aide de mastic ou de plâtre.

Lorsque ce n’est pas possible (ex. : une vieille porte-patio), il est possible d’ériger des obstacles qui viennent compliquer le travail des exploratrices.

 

  • Répandez de la cannelle, de la poudre de chili ou de la poudre pour bébé.
  • Appliquez de la vaseline au bas des portes et fenêtres.

 

Une autre approche consiste à utiliser différents parfums naturels pour perturber les phéromones des fourmis (tout en ayant le plaisir de respirer des odeurs agréables!). Par exemple :

 

  • Faites pousser de la menthe ou de la lavande près des points d’entrée.
  • Déchirez des feuilles de menthe aux endroits problématiques.
  • Utilisez un vaporisateur à la lavande.

 

Enfin, les points d’entrée représentent le meilleur endroit où appliquer les vaporisateurs à insectes : bas des portes, porte-patio, base des fenêtres... Assurez-vous d’attendre que les enfants et les animaux soient à l’extérieur pendant un certain temps avant d’appliquer (ex : juste avant d’aller en promenade), et de bien recouvrir les plats de nourriture de vos animaux s’ils sont situés à proximité.

 

4) Installer des pièges à fourmis

Pour être efficace, un piège à fourmis doit comprendre : un appât (généralement une nourriture sucrée, comme du miel ou du sirop d’érable), un poison et un contenant à trous, à l’épreuve des enfants et des animaux.

Alors qu’il est possible d’acheter des pièges à fourmis chimiques, une alternative naturelle peut être préparée plutôt facilement.

Mélangez 2 c. à soupe de Borax (qu’on retrouve dans les magasins d’aliments naturels et en pharmacie) à du sirop d’érable et répandez la mixture dans un contenant de plastique troué (ex : un pot de yogourt). Les fourmis rapporteront la nourriture sucrée à la colonie, où un plus grand nombre sera empoisonné. Il faut cependant s’armer de patience : cette méthode peut prendre une semaine avant de porter fruit.

Attention : comme beaucoup de produits d’entretien ménager, le Borax peut être toxique pour les enfants et les animaux domestiques, et peut également causer des irritations, des nausées ou des maux de tête chez les adultes. À manipuler avec soin, en portant des gants.

 

Quand faire appel à un exterminateur ?

Si le problème persiste après avoir essayé les conseils ci-haut, c’est qu’il est temps d’appeler un professionnel. La colonie peut avoir réussi à s’établir directement dans la maison : en particulier si vous habitez une vieille construction avec une cave de service ou un vide sanitaire.

Si les fourmis semblent particulièrement grosses et que vous trouvez de petits amas de sciure de bois, il pourrait s’agir de fourmis charpentières. Mieux vaut consulter et réagir rapidement : cette espèce creuse son nid dans le bois et peut endommager la structure de votre maison.

Déjà un véritable fléau dans les Maritimes, quelques cas de fourmis rouges européennes ont été rapportés au Québec. En plus de leur couleur caractéristique, elles présentent un comportement très agressif et sont munies d’un dard avec lequel elles peuvent piquer. Une piqûre de fourmi rouge est aussi douloureuse qu’une piqûre d’abeille. Il est important de faire appel à un exterminateur pour les éliminer – non seulement pour vous, mais pour éviter que l’espèce de s’étende davantage.

|