Vous êtes ici

Un bilboquet japonais

Kendama, bilboquet façonné sur le tour à bois
© TVA Publications | Pierre Halmaï
|
  • Temps requis Moins de 8 heures
  • Niveau de difficulté Difficulté moyenne
  • Coûts $ (moins de 500)

Réalisation: Eddy Noël
Photos d’atelier: Jean-Luc Laporte, Interzone Photographie
Photo de présentation: Pierre Halmaï
Stylisme: Marie-Claude Petit

Achetez le plan de ce projet maintenant

Si vous aimez les jeux d’habileté, vous apprécierez sans doute relever le défi proposé par le kendama, le pendant japonais du  bilboquet français. Toutes les composantes — la boule, le manche et son embranchement — sont façonnées au tour à bois.

DÉCOUVREZ TOUS LES PROJETS POUR VOUS AMUSER

 

Le kendama d’hier à aujourd’hui

Dérivé du bilboquet — très populaire au 17e siècle — le kendama trouve ses racines en Europe. C’est par la Chine que le jeu transite vers le Japon au cours du 18e siècle tout en continuant d’évoluer. En 1921, un fabricant de jouets lui ajoute une partie transversale qui ressemble étrangement à un tambour traditionnel japonais appelé tsuzumi, et dont la forme s’apparente à celle d’un sablier. C’était le prototype du kendama actuel. Aujourd’hui, des compétitions et des tournois de kendama sont organisés un peu partout au Japon.

Le kendama constitue en quelque sorte une version plus «complète» du bilboquet qu’on connaît ici. Le manche se termine en pointe à un des bouts alors que l’extrémité opposée s’évase pour former une première «coupe» servant à recevoir la balle. Mais ce qui distingue essentiellement les deux modèles est l’embranchement horizontal qui traverse le manche du kendama, et dont les bouts présentent deux autres coupes.

Commentaires

Connexion

Pour contribuer à la communauté, vous devez
vous connecter ou vous créer un profil.