Vous êtes ici

Tout sur les essences de bois en sculpture

Tout sur les essences de bois en sculpture
© TVA Publications
|

En sculpture, le choix du bois est primordial. Du pin au noyer noir en passant par le frêne blanc, chaque essence comporte ses avantages et ses inconvénients. En voici quelques-uns.

APPRENEZ-EN DAVANTAGE SUR LE BOIS

Pin blanc (Pinus strabus)

Densité: 0,35 à 0,45
Dureté: peu résistant
Relativement tendre, le pin blanc convient parfaitement à ceux qui désirent s’initier à la sculpture et apprendre à se servir des gouges. Son odeur agréable, sa légèreté et son prix abordable en font un matériau très prisé, même si certains le considèrent comme «sec et cassant», ce qui oblige à porter une attention particulière au sens de la fibre. Le pin est tout indiqué pour des projets extérieurs, car il résiste bien à la pourriture.

 

Noyer cendré (Juglans cinerea)

Densité: 0,38 à 0,45
Dureté: tendre
Très mou et facile à trancher, le noyer cendré est souvent utilisé dans la sculpture d’ameublement. Son grain ouvert et très prononcé en fait un bois idéal pour les projets mettant en valeur l’apparence du bois. Ses veines, très visibles, permettent de souligner les reliefs. Cette essence possède un aspect rustique qui plaît à certains et déplaît à d’autres, parce que la disposition de ses lignes peut entraver la symétrie de l’œuvre.

 

Noyer noir (Juglans nigra)

Densité: 0,55 à 0,60
Dureté: mi-dur à dur
Selon plusieurs, cette essence noble offre d’excellentes propriétés physiques pour la sculpture et l’ébénisterie. Sa grande stabilité permet de la façonner tant à la main qu’avec des outils mécaniques, et ses fibres résistantes constituent une matière fiable pour la réalisation de détails tout en finesse. Victime de sa popularité, le noyer noir est maintenant assez rare, plutôt cher et parfois de moins bonne qualité.

 

Cerisier tardif (Prunus serotina)

Densité: 0,50 à 0,55
Dureté: mi-dur
La belle teinte beige rosé et marbrée de brun rougeâtre du cerisier tardif lui donne une apparence riche et très recherchée dans la fabrication de meubles haut de gamme et dans les boiseries architecturales. La stabilité extraordinaire de cette essence convient à la réalisation de grandes surfaces. Bien que certains détails puissent se faire à la main, il est préférable de sculpter le cerisier tardif au maillet.

 

Chêne rouge (Quercus rubra)

Densité: 0,61 à 0,70
Dureté: dur
Regroupant une série d’essences de chêne, ce bois dur et au grain d’une grande beauté est très utilisé dans la réalisation de boiseries architecturales. Sa tendance à «se tasser» et à se briser en éclisses sous la pression des gouges exige une certaine habileté que les sculpteurs acquièrent avec le temps et la pratique. Ce «défaut» amène ainsi les artisans à maîtriser davantage leur art.

 

Frêne blanc (Fraxinus americana)

Densité: 0,58 à 0,66
Dureté: mi-dur à dur
Même s’il est peu utilisé, le frêne blanc n’en demeure pas moins un bois agréable sous la gouge ou les coups de maillet. Résistant bien aux chocs, il est moins dur que le chêne, ce qui le rend facile à plier. Il a longtemps servi à la fabrication de bâtons de baseball, de raquettes de tennis et de manches d’outils.

 

Acajou d’Amérique (Swietenia macrophylia)

Densité: 0,50 à 0,70
Dureté: mi-dur à dur
Ce bois exotique d’Amérique du Sud, bien connu des ébénistes et des sculpteurs, offre une belle densité, fort intéressante à travailler. Son grain uniforme et sa superbe couleur, allant du brun au rouge orangé, révèlent de magnifiques reflets sous une finition à l’huile. Très résistant à la pourriture, l’acajou est offert en pièces de grandes dimensions.

 

Un mot sur la densité…

La densité est le rapport entre le poids d’un volume donné de bois (1 pi3) et le poids d’un même volume d’eau. Un bois ayant une densité de moins de 1 flotte. Plus la densité est élevée, plus le bois est difficile à travailler.

 

Photos: Jean-Luc Laporte

 

|