Vous êtes ici

Le modelage du bois dur

Attention, bois dur vs bois mou
© TVA Publications | Jean-Luc Laporte, Interzone Photographie
|

Plusieurs facteurs peuvent influencer le façonnage des pièces en bois dur. De la nature même de l’arbre en passant par le niveau de résistance des outils, il y a une foule de subtilités à considérer.

APPRENEZ-EN DAVANTAGE SUR LE BOIS

Niveau de dureté

Il est difficile de catégoriser précisément les niveaux de dureté du bois, car celle-ci peut varier, pour une même essence, selon la provenance, la rapidité de croissance et la partie de l’arbre comme tel qui constitue la pièce que vous travaillez. Entrent en ligne de compte aussi des éléments liés à la nature même de l’essence, comme le teck qui est plus tendre que l’érable, mais plus exigeant en ce qui concerne les outils, en raison de l’huile abrasive qu’il renferme. Alors, ne prenez rien pour acquis!

 

Niveau de résistance

Le degré de résistance à la coupe des essences influence le choix des outils à employer. Considérez leur capacité: un banc de scie équipé d’un moteur de 1 ch suffit pour travailler le pin, mais il s’use prématurément au façonnage régulier d’essences comme le chêne, l’érable ou le merisier. Optez alors pour un moteur de 2 ch ou de 1 1/2 ch selon l’épaisseur des pièces.

 

Outils performants

Comme le modelage des bois durs dégage plus de vibrations, utilisez des produits de qualité et veillez à maintenir la qualité des composantes des outils (lames bien affûtées et accessoires en ordre).

 

Précision et minutie

Le façonnage des bois durs exige beaucoup de précision. Par exemple, la réalisation d’un assemblage à tenon un peu serré risque de faire fendre la pièce mortaisée et de diminuer la solidité du joint. Manipulez les bois durs avec une attention de tous les instants et utilisez vos outils avec minutie.

|