Vous êtes ici

Fiche de bois: Les palissandres

Palissandre du Honduras
Palissandre du Honduras © TVA Publications | Jean Langevin
|

APPRENEZ-EN DAVANTAGE SUR LE BOIS

Les vrais palissandres (nommés rosewood en anglais) font partie d’une même famille botanique, Dalbergia. Les palissandres viennent tous de régions tropicales; ils sont très durs et surtout très rares. Le bois d’aubier est sans valeur: peu attrayant, il est, de plus, souvent piqué par les insectes. Les références à la couleur s’appliquent donc uniquement au bois de cœur. Les palissandres ont aussi la caractéristique de dégager une odeur agréable au débitage, d’où l’appellation de «bois de rose».

Usages principaux

À cause de leur rareté et de leurs dimensions, les palissandres servent surtout à la fabrication de petits meubles décoratifs, d’objets de tabletterie tels des serre-livres et des coffrets, ainsi que des objets tournés ou sculptés: cannes, queues de billard, pièces d’échecs, etc. Certaines espèces — particulièrement le palissandre du Honduras et la grenadille d’Afrique — sont appréciées en facture instrumentale (xylophones, flûtes diverses, archets, touches de guitares); d’autres, dont le palissandre de l’Inde, servent à la fabrication de lambris et d’encadrements de grand luxe, de boîtiers d’horloge, etc. Les artisans en marqueterie savent aussi mettre en valeur les qualités et les teintes de ces bois précieux.

Caractéristiques et propriétés

Texture: assez grossière pour la plupart des essences. La grenadille d’Afrique, dont le grain est très fin, fait exception.
Fil: généralement assez droit, parfois entrelacé.
Dureté: très durs
Stabilité: bonne
Résistance à la pourriture: très résistants
Résistance aux chocs: moyenne
Poids par pied-planche (séché à 12 %): 2 à 2,7 kg (4,4 à 6 lb); les plus lourds sont la grenadille d’Afrique et le palissandre du Honduras.
Densité (séché à 12 %): 0,75 à 1,1 selon l’espèce; 1,15 à 1,25 pour la grenadille d’Afrique
Séchage: Difficile et lent. Le retrait au séchage est presque nul.

Usinabilité

Sciage: bon
Rabotage-moulurage: bon avec des outils bien affûtés. Un angle de 20° est recommandé si le fil du bois est irrégulier ou entrelacé. Quelques essences contiennent des dépôts minéraux qui émoussent rapidement l’outillage, notamment le palissandre de l’Inde et le palissandre de Para.
Perçage: bon
Clouage-vissage: nécessite un perçage préalable
Retenue des clous et vis: bonne
Tournage: excellent, mais peut exiger de nombreux affûtages.
Ponçage: généralement bon, un peu plus difficile pour le palissandre du Honduras et les bois à fil entrelacé. Plusieurs palissandres dégagent une poussière irritante pour la peau, les muqueuses et les yeux. Il faut se protéger adéquatement.
Collage: plutôt difficile à cause des huiles essentielles contenues dans la plupart des espèces. Pour une adhérence adéquate, il faut raboter ou poncer les surfaces à coller juste avant le collage.
Finition: on conserve toujours les couleurs naturelles de ces bois précieux, qu’on ravive avec une huile essentielle.

|