Vous êtes ici

Éconeau: Récupération de l'eau de pluie

Éconeau: Récupération de l'eau de pluie
© iStock
|

Jusqu’à tout récemment, on s’intéressait peu à la récupération de l’eau. C’est une autre histoire quand on a de la difficulté à s’approvisionner en eau. Chercher des solutions, refuser de baisser les bras, se donner une vision et en faire sa passion est à la source d’Éconeau. 

DÉCOUVREZ D'AUTRES ARTICLES SUR L'ENVIRONNEMENT

Problème et solution

C’est une problématique plutôt ironique que de manquer d’eau dans un chalet érigé en bordure d’un lac. C’est pourtant ce que la famille Chevrette a vécu après qu’un séisme a modifié le parcours de la veine d’eau qui alimentait le puits artésien. C’était en 2008. «C’était devenu ingérable, explique Marie-Claude Chevrette, présidente d’Éconeau.

C’est à ce moment-là qu’un ami de mon père, qui vit en Allemagne, lui a parlé des systèmes de récupération d’eau de pluie utilisés en Europe. Mon père a donc commencé à s’y intéresser et a fait plusieurs recherches qui l’ont amené à réaliser un prototype.»

Fondation d’Éconeau

Trois ans plus tard, en 2011, Marie-Claude Chevrette a choisi de prendre les choses en main, et de fonder, avec son père, Claude, Éconeau, une entreprise familiale spécialisée dans la conception et la vente de système de récupération d’eau de pluie. «On a trouvé les produits et on conçoit les systèmes. Au début, les réservoirs étaient achetés aux États-Unis. Ils sont maintenant fabriqués ici. C’est important pour nous de faire affaire avec des entreprises québécoises.»

Capacité des réservoirs

Le réservoir, une composante essentielle du système de récupération, peut être hors terre ou souterrain. Ces derniers sont offerts en plusieurs formats, le plus petit ayant une capacité de 1200 litres alors que le plus gros fait 9000 litres.

Pour choisir le réservoir qui convient, il faut, entre autres, évaluer ses besoins. Un modèle moins volumineux conviendra si l’eau recueillie sert uniquement à arroser les platebandes, à laver la voiture, ou encore à remplir un spa. Une plus grande capacité et un système plus sophistiqué seront de mise pour alimenter les toilettes d’une maison de quatre occupants et raccorder la laveuse. Le format de 6600 litres, conçu à cet effet, figure parmi les plus populaires.

Facteurs à considérer

Outre les besoins, il faut tenir compte de la pluviométrie à l’échelle régionale ainsi que de la superficie et de la configuration de la toiture pour déterminer la capacité du réservoir. Même le revêtement est considéré lors du calcul. «Le pourcentage de récupération d’eau de pluie pour un toit en bardeau est de 75 %, alors qu’il est de 95 % dans le cas de la tôle, précise Mme Chevrette.»

Ce qui explique cette différence? «La tôle est moins absorbante, et l’eau parvient plus vite au réservoir; il y a donc moins d’évaporation.» Autres avantages des revêtements métalliques par rapport aux bardeaux: il n’y a pas de granules qui se détachent et s’accumulent contre le filtre installé à la chute de la gouttière, et dont le rôle est de retenir les grosses particules.

Installation et entretien

L’installation est facile. Aucun raccordement à la plomberie n’est requis lorsque l’eau récoltée est destinée à l’entretien extérieur. Précisons, pour ceux et celles qui s’en inquiéteraient, que l’eau du réservoir n’est jamais stagnante. Elle se renouvelle continuellement, par gravité. Une pompe, conçue pour les systèmes Éconeau et à laquelle se branche un tuyau d’arrosage, fournit la pression d’eau nécessaire.

Et l’entretien? Il se résume à rincer les filtres aux changements de saison, à rentrer la pompe et à purger les réservoirs hors terre en prévision de l’hiver. Les modèles souterrains, enfouis sous le niveau du gel, sont, quant à eux, bien protégés et n’ont pas à être vidangés.

Pour en savoir plus sur les systèmes de récupération d’eau de pluie d’Éconeau, visitez leur tout nouveau site web. Vous y trouverez notamment un outil pour calculer la capacité d’un réservoir.

|