Vous êtes ici

Organiser un coin bar à la maison

© Unsplash | Helena Yankovska
|

Pour qui aime savourer un apéro le vendredi ou faire découvrir le dernier gin québécois à la visite avant de passer à table, un coin bar chez soi s’avère aussi pratique que convivial. Quelques idées pour l’aménager.

 

 

L’OPTION DESSERTE

Bien présente dans les tendances ces dernières saisons, la desserte a de nombreux atouts. Mobile, elle passe aisément du salon à la salle à manger. On aime ses matériaux chics et le fait qu’elle meuble facilement un coin vide.

La desserte peut aussi changer de fonction si l’on se lasse de l’utiliser comme minibar. Attention, cependant: avant de l’acheter, on s’assure qu’elle est stable et d’une hauteur adéquate pour la préparation des cocktails.

 

 

© HomeSense

 

 

L’ESPACE D’EXPOSITION

À la salle à manger ou au salon, la vitrine d’exposition est un ajout intéressant pour intégrer nos bouteilles au décor, selon Yvan Ferron, cuisiniste chez Cuisines Denis Couture. «En pierre, en bois ou en miroir, avec de l’éclairage... Une foule d’options sont possibles pour mettre en valeur une collection de belles bouteilles.»

 

 

© Janis Nicolay

 

 

LE «VRAI» BAR

Pour les mordus, un bar aménagé dans un coin du salon ou dans la salle familiale, au sous-sol, incarne souvent un vieux rêve. Cette configuration nous place face à nos invités lorsqu’on prépare les boissons. «Il est possible de le réaliser sans trop dépenser, et on peut se gâter en ajoutant une machine à glaçons, un cellier et de l’éclairage sur les tablettes comme dans les bars chics», dit Yvan Ferron.

Pour en faire un espace véritablement convivial, l’important est de choisir des tabourets confortables et de s’assurer de sa fonctionnalité, en prévoyant un frigo d’appoint et un bac à glaçons. Si on ne veut pas investir dans l’installation d’un évier, on utilise un grand bol en inox pour ramasser les restes liquides et les pelures de fruits pendant la soirée. Vintage, Tiki, disco futuriste ou jazzy? Tout est possible. C’est un endroit pour s’amuser!

 

 

© Living4Media

 

 

RANGER LES BOUTEILLES DE SEMAINE

Une grande majorité de personnes se contente d’acheter quelques bouteilles à la fois pour les petites et les grandes occasions. Si tel est notre cas, on peut les placer dans un support à bouteilles mural ou dans nos armoires de cuisine – dans une niche ou derrière une porte vitrée si on veut les garder visibles.

Plus simplement encore, Rose Simard, d’1 ou 2 Cocktails, suggère de réunir les bouteilles dans un beau récipient, par exemple un panier d’osier ou une boîte en bois, un peu comme on en voit dans les épiceries fines. Autre idée: on les range à la salle à manger, dans une bibliothèque, avec les livres de cuisine et quelques beaux objets.

 

 

© Drew Hadley

 

 

 

REFROIDIR LE VIN

Le refroidisseur à vin, qu’on nomme parfois à tort «cellier», est en fait un minifrigo avec des tablettes et une porte de verre conçu pour la conservation du vin à court terme. Cet appareil offre généralement deux zones de température et il accueille de 24 à 48 bouteilles. Il s’avère particulièrement intéressant pour l’amateur de vin blanc, car il assure une température toujours parfaite.

On peut l’encastrer dans l’îlot ou dans un coin réservé au service des boissons, entre la cuisine et la salle à manger, par exemple.

 

 

Cellier 28 bouteilles, en solde à 399 $(au lieu de 549 $) chez Vinum

 

 

 

CONSERVER SES BONNES BOUTEILLES

Selon Marc-Alain Lesage, propriétaire de 12° en Cave, il est fini le temps où les gens aménageaient une cave à vin au sous-sol: «On aime mettre nos bouteilles en valeur là où l’on vit, à proximité de la cuisine et de la salle à manger, et on y inclut souvent une section pour les scotchs, les cognacs ou autres spiritueux de prédilection.»

La cave à vin nouveau genre est une construction en verre traité contre les rayons UV. Elle est munie de rangements modernes et mesure 5 pi x 2 pi en moyenne. La température de la pièce doit être stable, entre 12 et 15 °C, et le pourcentage d’humidité constant. Le cellier d’appartement, encastrable ou non, constitue un outil de garde moins coûteux qui convient bien aux petits espaces. Habituellement, il peut contenir de 200 à 240 bouteilles.

 

 

© Vinum

 

 

 

LES ACCESSOIRES ESSENTIELS

Outre le seau à glace et le décanteur, Patrice Plante, alias Monsieur Cocktail, recommande de se doter d’un bon shaker de type Boston en inox, d’un doseur, d’un pilon en bois, d’un couteau économe, d’une cuillère longue (ou une baguette chinoise), d’un presse-agrumes manuel en verre ou en métal et d’un tamis. Pour ranger les petits outils, un pot ou un joli verre font l’affaire.

En fait de bouteilles, le bar de base devrait compter une vodka, un gin, un rhum, un bourbon ainsi qu’une liqueur d’agrumes. «On complète ensuite selon ses goûts», conseille le mixologue.

 

 

© Getty

 

 

UN BAR À COCKTAILS? OUI!

Aménager, le temps d’une soirée, un bar où nos invités pourront réaliser eux-mêmes leurs boissons favorites est une bonne idée, mais cela peut être intimidant pour certains. «Si on souhaite que les gens se servent eux-mêmes, on évite d’installer notre bar sur l’îlot, où tout le monde peut nous regarder, conseille Jean Stéphane Beauchamp, et on s’en tient à des formules simples.»

Patrice Plante nous donne deux idées qu’il aime bien: le bar à gin tonic, où on rassemble quelques bouteilles de gin, de l’eau gazéifiée et des sirops toniques québécois; et le bar à bloody cæsar, où on dispose le mélange au jus de palourdes dans une distributrice de boisson et des verres préalablement trempés dans les épices. Nos invités n’auront qu’à se servir, à ajouter de l’alcool et des garnitures au choix (cornichons, céleri, etc.).

Dans toutes les formules en libre-service, on n’oublie pas d’inclure des options sans alcool, de l’eau, et un système d’identification pour les verres (crayons effaçables, marque-verres, etc.).

 

|