Vous êtes ici

Lampi Lampa: Il était une fois une lampe..

Exclusivité web: Entrevue Lampi Lampa avec Emmanuel Cognée
© TVA publications | Photos: Marco Weber
|

Le célèbre chimiste Lavoisier disait: «Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme.» C’est bien ainsi que je décrirais le travail d’Emmanuel Cognée, créateur de lampes chez Lampi Lampa. J’ai eu le plaisir de rencontrer, dans son atelier, un artiste-lampiste passionné... et passionnant!

DÉCOUVREZ D'AUTRES EXCLUSIVITÉS WEB

IDM. Emmanuel Cognée, si l’on traçait un portrait de vos clients types, à quoi ressembleraient-ils?

E.C: Je dirais que ce sont des gens qui ont d’abord le goût et les moyens financiers d’investir dans des objets déco forcément originaux, uniques et qui sortent des sentiers battus. Je dirais également des gens qui veulent investir dans des objets «made in Québec», faits par des artisans locaux. Évidemment, beaucoup de gens ayant un intérêt pour l’art et la culture.

IDM. Pourquoi croyez-vous que vos lampes ont du succès?

E.C: En fait, ces lampes racontent une histoire. Avant même de parler de l’histoire de la création de la lampe, on doit parler de l’histoire de la création des objets qui composent la lampe. C’est presque un jeu! Les gens achètent une lampe et ils veulent connaître l’origine des matériaux utilisés. Souvent même, certaines pièces leur rappellent quelque chose, sans que ce soit voulu.

IDM. En parlant d’histoire... Racontez-nous comment naît une lampe Lampi Lampa.

E.C: En fait, la lampe naît de deux manières différentes. D’abord, je fais une lampe, souvent des lampes de table, qui se retrouvera dans une boutique ou dans un salon. Je crée ces lampes dans mon atelier d’une seule et même manière, soit en sélectionnant des matériaux, en définissant une hauteur et en créant! Aucun croquis n’est utilisé! C’est vraiment une question d’instinct et d’inspiration.

La deuxième technique est lorsque je reçois une commande particulière d’un client. La première étape, évidemment, est de le rencontrer pour définir la hauteur et les choix de pièces. On regarde ensemble mes anciennes créations, et le client a la liberté de me dire celles qu’il préfère. Ensuite, on peut définir un choix commun. Une fois que j’ai tous ses renseignements, il y a la part de création. Les clients doivent me faire confiance. Parce que l’idée est de faire, à chaque fois, une lampe unique.

IDM. En moyenne, combien d’heures de travail représente une lampe?

E.C: Ça dépend... Entre deux heures et des mois! (rires) Par exemple, il y a quelques années, j’ai fait une grande suspension, tout en longueur, pour un bureau d’architectes, et cela m’a pris quatre semaines de travail. Deux semaines de gestation, c’est-à-dire deux semaines à définir comment j’allais la réaliser et ce que j’allais utiliser comme matériaux. Les deux autres semaines étaient consacrées à la fabrication. Mais ça dépend toujours du projet.

IDM. En ce qui a trait aux matériaux utilisés, où les dénichez-vous?

E.C: J’ai toujours eu le regard porté à chercher des objets, et ce, avant même que je commence à fabriquer des lampes. Je trouve mes matériaux dans des brocantes, des friperies, des marchés aux puces et des grossistes pour restaurateurs. Évidemment, j’ai aussi mes fournisseurs de matériaux neufs, puisque c’est de l’électrique. Je dirais donc que mes lampes sont faites à 80 % de matériaux récupérés.

IDM. On peut apercevoir vos lampes dans certains lieux publics de Montréal. Est-ce que vous avez un coup de cœur parmi vos créations présentées?

E.C: J’ai fait une création, l’été dernier, pour la boulangerie libanaise Trip de bouffe, sur Mont-Royal, et j’avoue que je suis super content de ce que j’ai fait. Aussi, il y a le restaurant Kitchenette. Au-dessus du bar, depuis 2006, on retrouve sept lampes Lampi Lampa. En 2008, il y a eu un changement de propriétaire, et celui-ci a tout changé... sauf mes lampes! Il a même refait la déco en fonction de mes lampes. C’est flatteur! (rires)

IDM. Que pouvons-nous vous souhaiter pour les prochaines années?

Plein de succès! (rires) De pouvoir continuer à faire des lampes et d’en vivre!

En savoir plus...

Visitez www.lampilampa.com ou visitez la page Facebook officielle de Lampi Lampa.

|