Vous êtes ici

Bien choisir son fauteuil

© sweetpeaandwillow.com
|

Choisir un fauteuil qui durera et qu’on adoptera pour se relaxer, c’est parfois difficile. Quelles questions doit-on se poser pour ne pas se tromper? On vous dit tout ce qu’il faut savoir pour bien le magasiner.

 

Qu’on pense décor ou confort, le fauteuil est un meuble incontournable. «Il est souvent considéré comme la touche finale, la pièce marquante qui campe le style d’un décor», explique Johannes Kau, président de Mobilia. Faut-il prioriser notre bien- être ou l’esthétique? «Tout dépend des besoins.» Achète-t-on un fauteuil pour regarder la télé, lire? Pense-t-on y manger ou y boire son café? ou, à l’inverse, servira-t-il principalement de siège décoratif réservé à la visite... ou au chat?

Nos exigences seront différentes selon la fonction du fauteuil et la pièce à laquelle on le destine, rappelle M. Kau. Dans le cas d’une utilisation quotidienne, on insistera sur la solidité et le confort, tandis que pour un fauteuil à vocation occasionnelle, on pourra miser sur le look, le matériau ou la couleur qui apportera un supplément de style à notre aménagement.

 

STRUCTURE DU FAUTEUIL

Le poids constitue le premier indice d’un fauteuil bien construit, selon Stéphane Massicotte, copropriétaire de Meubles Reno: «Dans un monde idéal, on permettrait au consommateur de regarder à l’intérieur du fauteuil. Un meuble dont la structure est faite de bois franc, plus solide, sera plus lourd. Oubliez les meubles qui basculent dès que vous vous appuyez dessus.

Touchez ensuite les parois du fauteuil pour vérifier qu’il n’est pas vide, ou rempli de carton. Soulevez un côté du fauteuil: si l’autre reste au sol, c’est signe qu’il est fabriqué dans un bois mou, beaucoup moins robuste.» Les barres de support transversales doivent aussi être en bois dur, et chevillées, vissées et collées, pour un maximum de solidité.

 

REMBOURRAGE

Il est recommandé de choisir un fauteuil rembourré avec de la mousse à haute densité estampée HR (haute résilience); il conservera plus longtemps son apparence initiale. Selon le type de confort souhaité, on peut combiner la mousse HR avec de la mousse à mémoire de forme, des plumes, ou encore choisir une assise ferme et un dossier plus moelleux.

 

© vivalagoon.com

 

 

REVÊTEMENT

Pour le revêtement, le cuir et la suédine (ultra suède) demeurent intemporels et résistants, bien que certains cuirs (pleine fleur, par exemple) s’avèrent fragiles; ils sont donc déconseillés si on a de jeunes enfants ou des animaux de compagnie. Si on préfère le tissu, les étoffes synthétiques, les lainages et les mélanges de fibres offrent une bonne longévité. Ils sont plus faciles à entretenir que le coton ou le lin. Le velours, très à la mode, se marque d’empreintes avec le temps. «Il faut aimer la beauté des imperfections si l’on choisit ce matériau», mentionne Johannes Kau.

Aussi, on s’informe sur l’indice de résistance du tissu, c’est-à-dire sa résilience au frottement. Selon M. Massicotte, un indice de 30 000 et plus est recommandé. Enfin, il faut rechercher les signes d’une confection soignée: les coutures doubles, les fermetures à glissière robustes et un tissu bien tendu, sans inégalités.

 

AUTRES CRITÈRES DE QUALITÉ

La suspension, garante du confort, mérite qu’on s’y attarde. Les sangles croisées ou les ressorts constituent deux bons choix. Nouveauté: dans certains modèles haut de gamme, les ressorts peuvent être «ensachés» individuellement, comme c’est le cas dans les matelas, ce qui élimine les bruits lorsqu’on se lève du fauteuil.

Enfin, si on opte pour un fauteuil muni d’un mécanisme, par exemple un modèle électrique, il est bon de se renseigner au sujet de la garantie offerte. En règle générale, les fauteuils fabriqués au Canada et aux États-Unis, de même que les importations japonaises et italiennes, ont une excellente réputation.

 

© Drew Hadley

 

 

CHOISIR LE BON FORMAT

Dans les magasins, notre perception des dimensions d’un meuble est souvent faussée par la grandeur du lieu. Avant de partir faire son magasinage, il est important d’évaluer l’espace dont on dispose et de prendre des mesures: «Il faut au moins 30 pouces de dégagement autour d’un fauteuil pour qu’il “respire”», indique le designer Gilles Anctil. Et encore plus d’espace si on souhaite avoir un modèle pivotant ou inclinable.

Autres aspects à ne pas négliger: l’ergonomie et le sentiment de confort. On doit pouvoir poser les pieds par terre lorsqu’on est bien calé au fond du fauteuil et nos épaules ne doivent pas se soulever quand on pose les bras sur les accoudoirs. «Il n’y a pas de secret, il faut essayer les modèles, poursuit le designer, et trouver le confort qui nous convient.»

 

COMBIEN ÇA COÛTE?

Évidemment, il y a des fauteuils pour tous les budgets, mais il faut compter entre 900 $ et 2000 $ pour un modèle de qualité, indiquent les experts.

 

 

|