Vous êtes ici

La belle canadienne

( Page 3 de 4 )

Travail de forge

Les poignées de porte en fer forgé sont une réplique de celles qu’on retrouve au Séminaire de Québec. Il s’agit d’un travail de forge qui remonte au milieu du XVIIIe siècle. Outre la longue clenche arrière et les marques apparentes des coups de l’artisan, on peut voir un motif de cœur inversé sous la poignée.

Ce motif, récurrent à plusieurs endroits dans la maison – garde-corps des fenêtres, applique au-dessus de la cuisinière, embrasses métalliques à la salle à manger, etc. – est un petit détail de charme qui ajoute à la richesse de l’aménagement.​

 

Ces patins à glace vieux de plus de 150 ans en auraient sûrement long à raconter.

L’escalier est assemblé avec tenons et mortaises chevillées selon les techniques d’ébénisterie traditionnelles, mais il est solidifié par des vis non apparentes. Pour respecter le code du bâtiment, il a fallu ajouter une rampe et un garde-corps à la construction. On a choisi de faire des répliques de ce qu’on trouve à la Maison des Jésuites de Sillery.

Bien que la maison ait été finaliste des Mérites de l’architecture de la Ville de Québec dans la catégorie Rénovation, il s’agit plutôt d’une reconstruction, car il ne reste plus rien de l’ancien bungalow érigé en bordure du fleuve… si ce n’est une partie des fondations.

La maison, qui se dresse aujourd’hui sur trois étages et propose plus de 4500 pi2 de surface habi­table, est le fruit d’un travail de recherche colossal qui a occupé le proprio pendant deux années.

La construction en a exigé presque autant. Le bâtiment n’est pas une réplique d’une demeure patrimoniale en particuli­er, mais se présente comme une combinaison d’éléments typiques de la fin du Régime français et du Régime anglais jusque vers 1900.

 

En arrière-plan, le futur bureau-bibliothèque est occupé, pour l’heure, par la salle de jeu des enfants. Sur le mur, un interrupteur des années 20, une des belles trouvailles du proprio.

Chaises rouges Antiquités Michel Prince. Table d’enfant Antiquités Maison Dambourgès. Chaise berçante Antiquités La Nouvelle-France. Armoire à droite du foyer, accessoires Les Ateliers de la Pente Douce.

 

C’est le cas, par exemple, des plinthes hautes en pin, qu’on a abandonnées depuis pour économiser sur les coûts de construction, ou encore du plafond à couvre-joints, c’est-à-dire recouvert de moulures en bois qui masquent la jointure des planches. En fait, tous les éléments visibles sont des emprunts au passé. ​

Situé en plein centre de la maison, l’escalier de meunier offre une perspective sur tous les étages.​

 

 

|