Vous êtes ici

La belle canadienne

( Page 2 de 4 )

Le défi de la cuisine

À la cuisine, le défi était d’aménager un décor qui s’insérerait sans heurt dans le projet global d’une maison à l’ancienne, tout en dotant la pièce d’une fonctionnalité bien d’aujourd’hui. Par exemple, le parquet de bois a été écarté au profit d’une céramique. Question de rester dans le ton, le proprio a choisi des carreaux mexicains rustiques et fait élargir les joints de mortier.

 

 

De même, l’architecte a proposé une implantation autour d’un îlot central avec un comptoir à déjeuner pour faciliter la vie de famille au quotidien. La cuisinière rétro Heartland allait de soi, tout comme le réfrigérateur armoire à glace, qu’on voit beaucoup en ce moment.

Les efforts de reproduction se sont concentrés sur les armoires de pin; on les a d’abord teintes en rouge vif, puis recouvertes de médium à craquelures et de teinture verte, pour ensuite appliquer de la poudre de brou de noix, conformément à la façon ancienne par laquelle on brunissait le bois. Enfin, elles ont été protégées par un vernis mat qui rappelle la cire.

 

Le proprio a parcouru l’île d’Orléans et la Côte-de-Beaupré dans un «safari-photo» à la recherche de l’authentique maison canadienne-française.​

Les accessoires antiques participent à l’entreprise de séduction: évier en fonte vieux de 50 ans, balance, pots de céramique. Au-dessus du buffet (photo page 44), le proprio a même posé un crucifix car, dit-il, «c’est un symbole qui faisait toujours partie du décor».​

 

Si la maison des pionniers ne comptait habituellement qu’une seule pièce, on a ici aménagé un vaste hall d’entrée avec deux vestiaires: les garçons d’un côté, les filles de l’autre!​

|