Vous êtes ici

Havre Laurentien

Chalet contemporain |  havre Laurentien
© TVA publications | Stylisme: Carolina Auz, Photos: Rodolf Noël
|

Histoire de famille, histoire de cœur, ce chalet qui touche la cime des arbres permet à la famille Hamelin de vivre en symbiose avec la nature.

DÉCOUVREZ D'AUTRES CHALETS DE RÊVE

Tout a commencé par une passion pour la forêt, ses décors changeants et son silence. La famille Hamelin voulait vivre à un rythme plus lent, loin de la ville. Avec l’aide des architectes de la firme YH2, elle a construit ce refuge pas comme les autres, situé tout près de Montréal.

Sur le terrain de 40 000 pi2, tout était possible. Les Hamelin ont évalué plusieurs options avant de faire le choix définitif de l’emplacement. «Nous aurions pu construire plus bas sur le terrain, près de l’entrée. L’endroit était plus intime, explique l’architecte Marie-Claude Hamelin. En montant sur une crête, les propriétaires pouvaient voir le lac. Le site a ensuite dicté la forme.»

La conception s’est faite très rapidement. La famille avait réfléchi au projet et sélectionné dans divers magazines des photos de constructions qui lui plaisaient. «Je me souviens vaguement d’un chalet rustique épuré avec un escalier en métal et une cheminée en pierre très dénudée. Une construction très moderne qui mettait l’accent sur les matériaux naturels, le bois et l’environnement, confie la propriétaire, Catherine Hamelin. Nous n’avions aucune attente. Nous voulions simplement un chalet pas trop luxueux et sans flaflas.»

Le chalet s'articule comme un immense jeu de blocsdont le coeur est la cuisine aux armoires longilines.
C'est en traversant cette pièce dallée qu'on peut accéder au séjour en contrebas, mais ausi à la véranda et aux pièces privées.

Les goûts des propriétaires, le site, son orientation, la luminosité et la direction du vent ont inspiré les architectes. Le chalet, orienté plein sud, est composé de deux volumes. Le premier, côté nord, près du bord de l’eau, est très peu fenêtré. Il abrite les chambres et les salles de bains. Le second, qui surplombe le lac, regroupe la cuisine, le séjour et la véranda. Si, au cours des premières heures de la conception, la véranda devait être dotée de moustiquaires et séparée du reste du chalet par une porte de garage, l’idée a très vite été abandonnée. Cet espace est maintenant intégré à l’ensemble et profite à la famille en toute saison.

|