Vous êtes ici

Envie de nature

Vivre avec la nature
« C’est formidable d’habiter dans une maison entourée de verdure. » - Les propriétaires © TVA Publications | Yves Lefebvre
|

C’est l’art de vivre à la fois dehors et dedans. Espace, lumière et nature sont les maîtres-mots de cette maison entourée d’arbres, sise au bord d’un lac et habitée par une jeune famille.

DÉCOUVREZ TOUTES LES MAISONS DE RÊVE

La maison à la fenestration abondante allie le crépi et le bois de cèdre. C’est par la passerelle au garde-corps en verre, lequel met l’accent sur l’absence de frontières entre l’intérieur et l’extérieur, qu’on accède à la maison. Un peu partout, on trouve des coins détente meublés de chaises, de Fermob (Bonaldo).

Beauté invisible

À 25 km de Québec se trouve une maison conçue et construite dans le respect de la nature. Presque invisible de la rue, elle fait face au lac Delage, un lac calme et préservé où il est interdit de construire à moins de 60 mètres des berges.

C’est à cet endroit qu’un couple avec de jeunes enfants a décidé de vivre, il y a huit ans. «Ce terrain de 36 000 pi2, raconte le propriétaire, nous l’avons choisi pour sa situation, pour ses particularités et pour ses arbres, bouleaux blancs, érables et sapins.

Nous avons tourné autour, au fil des quatre saisons, et nous l’avons défriché nous-mêmes pour bien sentir les lieux, pour nous approprier l’espace en quelque sorte et pour trouver le bon axe de lumière. Ainsi, nous avons précisé nos rêves et y avons intéressé deux amis architectes, Katrine Beaudry et Jérôme Henné.»

C’est formidable d’habiter dans une maison entourée de verdure. Mais comment réussir à lever des murs sans abîmer le panorama? L’escarpement a d’ailleurs représenté un défi: «La passerelle au garde-corps en verre qui permet d’accéder à la porte principale de la maison enjambe un rocher de trois mètres de haut.

Il n’était pas question de le casser. L’opérateur de la grue était bien averti: il fallait qu’il nous le laisse tel quel, avec sa mousse, son lichen, ses fougères.

Nous voulions tout préserver. Un arbre a été abattu à la dernière minute parce qu’autrement il aurait fallu faire une ouverture dans le toit de la maison. L’arbre était vieux et il risquait de s’écrouler, alors que la maison promettait de durer plus longtemps.»​ 

 

 

|