Vous êtes ici

De bureau de notaire à résidence privée

( Page 2 de 4 )

Inondé de lumière

Entre bien-être et fantaisie, une cuisine ouverte et chaleureuse que de larges fenêtres à carreaux inondent de lumière.​

Réhabiliter une maison abandonnée. Il fallait du courage pour voir un projet de vie dans cette maison de chambres (trois au rez-de-chaussée et quatre à l’étage) à l’horrible porte d’entrée peinte en mauve.

Il ne fallait pas moins d’audace pour abolir toutes les cloisons et élever le plafond. Les propriétaires, qui ne manquent ni de l’un ni de l’autre, se sont retrouvés avec un grand espace ouvert de 2800 pi2 et un plafond à une hauteur de plus de 14 pi.

 

Pour rentabiliser ce bel espace, ils ont fait preuve de beaucoup d’ingéniosité. Chaque fois que possible, ils ont utilisé des matériaux souvent bruts, mais qui allient la présence, la chaleur et l’intimité de l’ancien à une structure de type loft.

Les carreaux des 12 fenêtres ont été remplacés par des blocs de verre qui, outre leur coût abordable, avaient l’avantage de répondre aux exigences municipales concernant les droits de vue.

Le sol a été recouvert de panneaux de béton qui, poncés et vernis, ont pris des tons d’ardoise. Quant aux murs de briques, ils ont acquis de la douceur une fois que celles-ci ont été peintes en gris.​

Ouverte sur la salle à manger, la cuisine est légèrement surélevée pour permettre d’admirer le paysage depuis la fenêtre au-dessus du comptoir en béton soutenu par des briques récupérées dans un ancien motel.

Le bloc de boucher et l’îlot central augmentent la surface de travail. Un parquet en chêne rustique et des suspensions de style industriel jouent de leurs différences.

 

Dans le salon, la causeuse en cuir fait face à un mur chocolat où a sobrement été intégrée la cheminée (Foyers Don-Bar). Sur le sol en béton s’étend une peau de vache achetée sur eBay. Des niches creusées dans le mur peint gris charbon reçoivent des accessoires amassés au fil des voyages.

 

Style décontracté, rangements ouverts. Le mur recouvert de frisette de pin a pris des couleurs de pomme verte, et les fenêtres habillées de stores bateau tamisent la lumière. Du comptoir-bar en béton où les propriétaires prennent leur café matinal, le regard se déploie sur la salle à manger, le salon, le fleuve et au-delà.

Harmonies en brun et en gris. Un carré intime a été réservé à la détente dans la chaleur de l’âtre.​

Le béton donne le ton. Il est partout: au sol et sur les banquettes aménagées le long des fenêtres. Les propriétaires ont beaucoup misé sur ce matériau longtemps snobé par les matières nobles qui le trouvaient trop lourdaud.

«Une fois verni, le béton évoque l’ardoise tout en n’en ayant pas le prix, explique la propriétaire. Malheureusement, l’entreprise qui nous l’a fourni a fait faillite depuis.

Le matériau a été livré en dalles de 4 pi x 8 pi que nous avons retaillées avant de les poncer et de les vernir.»

 

L’imposant cheval de bois est une création du propriétaire, pour qui la sculpture est un hobby. Sous les fenêtres qui s’ouvrent sur un fleuve de glace, une longue banquette en béton a été recouverte de coussins-galettes en soie anthracite.

 

|