Vous êtes ici

Les micromaisons et les villes

Les micromaisons et les villes
Micromaison BONZAÏ, par les Industries Bonneville © maisonsbonneville.com
|

Qu’il s’agisse d’une petite maison sur roues ou d’un chalet à 63 000 $, de plus en plus de gens se laissent séduire par la promesse d’une vie simple dans un espace modeste. L’édition 2015 du salon ExpoHabitation de Montréal comptait même un véritable village de micromaisons!

Le principal obstacle à leur croissance, c’est un manque d’ouverture du côté des villes. « Les maires trouvent qu’elles demandent autant de services à fournir, mais rapportent moins de taxe », explique le maire de Lantier, Richard Forget. Très peu de municipalités en accueillent sur leur territoire :

 

Côté propriétaire, les attraits sont nombreux : la plupart des micromaisons sont offertes à moins de 100 000 $ et elles demandent peu d’énergie, tout en optimisant l’espace de vie pour demeurer à son aise avec seulement 500 à 700 pi2

Le maire Forget y voit justement une occasion pour certaines villes d’attirer de nouveaux résidents : « Ça rapporte moins de taxes, car ce sont des maisons plus petites. Mais on attire une population active, plus jeune et dynamique. »

Source : Le Journal de Montréal

|