Vous êtes ici

Au paradis du «plywood»

Au paradis du « plywood »
© Nicholas Worley
|

Alors que le contreplaqué (« plywood ») sert surtout comme matériau de construction brut, beaucoup se servent de son caractère particulier en décoration. L’architecte britannique Simon Astridge a quant à lui décidé de pousser son utilisation à l’extrême lors d’un projet de rénovation et d’agrandissement d’une petite maison de Londres.

La charpente est obtenue en combinant trois lamelles de contreplaqué de 1,8 cm, 1,2 cm et 1,8 cm d’épaisseur (respectivement), laminée ensemble pour reproduire la solidité de poutres massives. Le tout repose sur des « T » d’acier ancrés dans des murs de béton exposés.

L’escalier victorien a été entièrement recouvert de contreplaqué, menant des aires de vie à la chambre principale située à l’étage. Ici aussi, murs, plafonds, planchers et portes ont été recouverts de contreplaqué, le tout protégé par un laque clair pour plus de durabilité.

Seule exception : la salle de bain et la salle mécanique utilisent plutôt de la brique, pour mieux résister à l’humidité.

Source : ArchDaily

Des lamelles triples de contreplaqué laminées ensemble reposent sur des murs de béton exposés.

Photo : Nicholas Worley

 

L’escalier victorien a été entièrement recouvert de contreplaqué.

Photo : Nicholas Worley

 

Pratiquement tout a été bâti ou recouvert en contreplaqué : murs, planchers, plafonds, mobilier…

Photo : Nicholas Worley

 

… et même, les portes !

Photo : Nicholas Worley

 

Un puits de lumière crée des reflets magiques, lorsque le soleil se pointe après la pluie.

Photo : Nicholas Worley

 

Le contreplaqué est protégé par un laque clair, pour plus de durabilité.

Photo : Nicholas Worley

 

La salle de bain et la salle mécanique utilisent plutôt de la brique, pour mieux résister à l’humidité.

Photo : Nicholas Worley

|

Commentaires

Connexion

Pour contribuer à la communauté, vous devez
vous connecter ou vous créer un profil.