Vous êtes ici

Sur invitation : Chez Sylvie Lauzon

Sur invitation: Sylvie Lauzon nous reçoit chez elle

Cet article est lié au Dossier: Maisons de stars.

|

L'animatrice Sylvie Lauzon nous ouvre les portes de sa pimpante maison qui change de personnalité au gré de ses humeurs! La fièvre de la peinture l'envahit presque chaque saison et les séquelles dynamisantes sautent aux yeux d'entrée de jeu! Bienvenue dans une maison d'artiste à la palette de couleurs complètement éclatée!

La maison arc-en-ciel

La vie en couleur! C'est ce que l'animatrice radio et artiste-peintre Sylvie Lauzon vit au quotidien, dans un décor où les murs affichent un diaporama de couleurs vives et gaies, qui ont toutefois un cycle de vie éphémère. Le changement est bon pour le moral, mais est surtout chez l'artiste une pulsion incontrôlable qui n'a que des effets secondaires bénéfiques lors de ses nombreuses crises du pinceau!

«Je ne peux pas vous raconter l'histoire de mon décor parce qu'ici, en 15 ans, j'ai eu des dizaines de décors différents. Quand il y a des changements dans ma vie, je peins. Quand je me sens un peu déprimée, je peins. Quand je suis heureuse, je peins. Quand j'ai envie de nouveauté, je peins! Moi, c'est vraiment mon trip : plutôt que de changer les meubles et de faire des changements majeurs qui coûtent une fortune, j'achète deux gallons de peinture et je transforme mon décor !»

Il faut préciser que ce n'est pas une tâche ardue pour la propriétaire qui fut peintre en bâtiment lorsqu'elle était étudiante. Le pinceau n'a plus de secret pour celle qui a comme autre gagne-pain, outre sa carrière dans le domaine des médias, la peinture. Sylvie Lauzon expose ses oeuvres à la galerie le Balcon d'art, située sur la rue Notre-Dame, à Saint-Lambert.

L'amour des objets et du recyclage

La tendance épurée n'est pas invitée dans cette coquette demeure re bien personnalisée où se côtoient des objets significatifs riches en histoires.

«Moi, la tendance épurée, ça ne me ressemble pas. J'en ai enlevé un peu, mais ce que vous voyez, c'est le plus épurée que je puisse être, ditelle avec un grand éclat de rire!

Dans mon décor, j'ai toutes sortes de choses. Il y a mes tableaux, ceux d'amis artistes-peintres, peintres, des souvenirs de voyage et des meubles qui m'ont été légués par des membres de la famille. J'ai des objets qui me suivent depuis 20 ans, que j'ai transformés un peu pour prolonger leur vie. C'est important pour moi de les retrouver dans mon décor et de recycler.

On jette beaucoup trop de choses. Recycler, c'est facile, ça ne coûte pas cher et ça t'assure que personne d'autre n'aura un décor comme le tien!» Avec une telle philosophie, le visiteur qui pénètre dans ces lieux est instantanément envahi par l'âme artistique de la propriétaire qui affiche ses couleurs mur à mur.

Tel un curriculum vitae, les objets retracent l'histoire d'une vie ponctuée de plusieurs passions qui s'exhibent sans retenue dans une mise en page dense et vitaminée!

Pinceau, marteau, massue et cie

Sylvie Lauzon a un côté artistique et intellectuel très dominant, mais est aussi une manuelle qui recycle, rénove et qui participe même aux «opérations démolition».

Elle affronte la massue aussi bien que le micro! «Ici, j'ai transformé mes armoires de cuisine avec la technique «effet craquelé», j'ai re-couvert mes chaises dans la salle à manger, j'ai fait plusieurs rénovations, dont la transformation du garage en atelier de peinture. J'ai enlevé les portes de garage, j'ai posé des portes françaises et j'ai fait moi-même l'opération démolition. J'ai démoli les murs avec une masse! J'aime ça! Quand je travaille avec mes mains, ça m'apaise, ça me ramène à l'intérieur de moi et le brouhaha de la vie moderne ne m'atteint plus! On peut faire beaucoup avec pas grand-chose, il suffit de prendre le temps et d'oser.»

Oser faire des meubles, ce sera peut-être le prochain défique se lancera l'animatrice, qu'on peut entendre sur les ondes du 107,3 Rock Détente en compagnie de Joël Legendre et Marie-Hélène Proulx.

 

Voyez Sylvie Lauzon chez elle, dans cette vidéo gracieuseté du Journal de Québec.

|