Vous êtes ici

L'agrile du frêne

JDM - Fleurs et jardins - L'agrile du frêne
Agrile du frêne adulte © Courtoisie, AGENCE CANADIENNE D'INSPECTION DES ALIMENTS
|

L'agrile du frêne est à nos portes. Doit-on s'en inquiéter ?

Ces derniers temps, on entend abondamment parler de l'agrile du frêne dans les médias québécois.

Aux dires de certains, cet insecte pourrait littéralement détruire nos forêts et nos parcs. Quelques spécialistes parlent même d'hécatombe anticipée.

Qu'en est-il vraiment ? Vivrons nous la même situation qu'avec les ormes d'Amérique, qui ont été décimés par la graphiose dans les années 1960 et 1970 ?

À ce stade-ci personne ne peut le prévoir. Mais il y a fort à parier que nous limiterons les dégâts grâce à nos efforts collectifs de prévention.

Identification

Tout d'abord, commençons par identifier l'insecte qui fait tant parler de lui ces jours-ci.

L'agrile du frêne adulte est un coléoptère originaire d'Asie, de couleur vert métallique et mesurant environ 8 mm de longueur.

Son corps étroit et allongé se termine par une tête aplatie portant de grands yeux noirs.

La larve possède un corps blanc se composant de segments en forme de cloche et peut atteindre jusqu'à 30 mm de longueur.

Larve de l'agrile du frêne.
 

Cet insecte s'attaque à toutes les espèces de frênes (Fraxinus), mais il n'affecte pas les autres essences d'arbres comme les érables ou les chênes.

L'adulte pond ses oeufs dans des anfractuosités de l'écorce ou sous des écailles d'écorce, profitant aussi souvent d'une cavité ou d'une plaie sur le tronc.

La larve creuse ensuite des galeries en serpentin (en forme de s) en dévorant le cambium, une partie située juste sous l'écorce dans laquelle circule la sève.

Galeries creusées sous l'écorce par la larve de l'agrile du frêne.
 

Les frênes infestés meurent généralement en deux à cinq ans.

 

Sachez détecter les signes qui indiquent qu'un frêle est affecté par l'agrile du frêne.

|