Vous êtes ici

Au royaume des odeurs, Roger & Gallet est roi

On dit que l’odeur d’une tarte aux pommes bien chaude fait vendre une maison plus rapidement qu’un décor réussi. Je pense que le nouveau parfum Fleur d’osmanthus de Roger & Gallet fera encore mieux.



Je suis une personne d’odeurs, parlez-en à mes enfants qui très jeunes ont dû se plier aux exigences de mon nez. J’aime l’odeur du cuir neuf, du coton que l’on repasse et du papier que l’on froisse. Je suis de celles qui hument une maison et qui apprécient les effluves d’un plat qui mijote ou d’un bol de citrons. Mon nez se plisse quand il doit renifler un parfum trop capiteux ou complètement fabriqué. C’est donc les narines grandes ouvertes que je me suis lancée à la découverte de Fleur d’osmanthus.

Le parfum est à la fois fruité et fleuri, avec des notes légèrement boisées. Ça sent le printemps dans un jardin d’arbres fruitiers alors que les fleurs sont sur le point d’éclore. Je me suis surprise à laisser traîner le savon sur le comptoir de ma minuscule salle de bains juste pour créer une bulle olfactive de bonheur.

On peut trouver les produits Roger & Gallet dans certaines Pharmacies Jean Coutu, chez Ogilvy et à La Baie. Le coffret de trois savons de 100g se détaille environ 20 $.

Un peu d’histoire

En 1708, l’italien Jean Marie Farina conquiert l’Europe avec l’eau de Cologne. Tous veulent de cette eau admirable au parfum délicat qui change des odeurs fortes et pugnaces qui caractérisent la parfumerie de l’époque. Même Napoléon ne peut y résister.


En 1806, Jean Marie Joseph Farina, arrière-petit-neveu de Jean Marie Farina, ouvre une boutique rue Saint-Honoré à Paris. Cette parfumerie, reprise en 1862 par Armand Roger et Charles Gallet, donnera naissance à une des grandes maisons françaises. Roger & Gallet, c’est le premier savon rond parfumé au coeur et qui garde son odeur jusqu’à la fin.  


 

Et le design dans tout cela?

Pour ses flacons Roger & Gallet s’est associée à de grands noms du design comme Lalique, Baccarat et plus récemment Martin Szekely à qui le Centre Pompidou consacrait une exposition.

|


Les Blogueurs