Vous êtes ici

Portrait de chef: Marie-Fleur St-Pierre

Portrait de chef: Marie-Fleur St-Pierre

Cet article est lié au Dossier: Portraits de chefs.

|

Qui sont les chefs qui ont accepté de croiser le fer pour l’émission À couteaux tirés? Chaque semaine, nous vous invitons à faire leur connaissance.

Depuis plus de 10 ans, Marie-Fleur ensoleille le quartier Villeray à Montréal avec les tapas qu’elle crée au restaurant Tapeo. Celle qui se passionne pour les saveurs espagnoles a aussi ouvert il y a quelques mois un nouveau resto à deux pas du premier: Le Mesón. Elle y explore une autre facette de la gastronomie méditerranéenne, se consacrant à des plats complets plutôt qu’à des petites portions à partager. Grâce à son tout nouveau livre, Les brunchs de Marie-Fleur, nos matins de week-end sortent définitivement de l’ordinaire.  

Quelle est l’erreur la plus courante que les jeunes chefs commettent?

Prétendre qu’ils connaissent tout et qu’ils peuvent tout faire, même s’ils n’ont pas beaucoup d’expérience. Ils veulent prendre les devants trop vite en fait.

Es-tu du type méthodique ou plus artistique? Es-tu un bon soldat ou sors-tu plutôt des rangs?

Même si j’ai une certaine structure, je suis très artistique! Je suis une chef de cœur et non de technique. Je peux avoir un point de départ et arriver à un résultat que je n’avais pas nécessairement prévu, parce que je me suis laissée guider par mon inspiration.

Préfères-tu la simplicité ou la complexité dans un plat?

J’aime la complexité qui ramène à un goût simple. J’aime rester dans des techniques simples, mais aller vers des assemblages de saveurs plus complexes, présentés simplement, mais pas banals sur le plan du goût. Quelque chose hors du commun.

Quel ingrédient se révèle être ton arme secrète?

Vinaigre de xérès… j’en mets dans tout! J’aime finir un plat par une petite touche vinaigrée pour le rehausser.

Quel ingrédient se révèle être ton pire ennemi?

Les grosses pièces de viande à braiser.

Quel est ton meilleur allié en cuisine?

Les cuillères à soupe. Elles me servent à mélanger, à goûter, je fais des quenelles ou le dressage des assiettes… entre autres!

Quelle a été ta plus grande victoire?

Réussir à avoir le sentiment que je fais bien mon travail et être fière de moi chaque jour.

Quelle est ta faiblesse aux fourneaux?

Faire des plats principaux dans mon nouveau resto m’éloigne de ma zone de confort des tapas. En ce moment, mon défi est de travailler mes garnitures.

Qui est ton héros gastronomique?

Quand j’ai commencé, je lisais beaucoup de trucs de Alice Waters et de Donna Hay. Elles m’ont beaucoup inspirée au tout début de ma carrière.

Quels sont tes plaisirs coupables ou tes vices gourmands?

Des nachos gratinés. En fait, j’aime tout ce qui est fast food mexicain, du genre tex-mex.

Quelle est ta plus grande source de stress en cuisine?

Je ne suis pas de nature stressée, mais parfois il y a des facteurs qui entrent en jeu comme le temps. Quand je n’ai pas le temps de faire ma mise en place comme il le faut.

À quoi carbures-tu après le travail? (On t'offre un verre? On te met

de la musique? Etc.)

Je m’en vais me coucher! Avant, j’aurais pu te répondre que j’allais prendre quelques bières avec des amis, mais depuis que j’ai un enfant, les choses ont bien changé!

Comment t'es-tu entrainé pour être d'attaque pour cette compétition?

J’ai surtout essayé de ne pas y penser jusqu’au moment de me présenter au tournage.

 

Marie-Fleur St-Pierre était l’un des chefs invités à la compétition culinaire À couteaux tirés, diffusée sur la chaîne CASA les jeudis 21h.

|