Vous êtes ici

Les bons outils

Les bons outils de cuisine
|

Qualité recherchée

«Les gens recherchent la qualité et la fiabilité. On nous demande souvent où sont fabriqués les appareils, car on se sauve de ceux qui sont faits en Chine. Les clients nous posent des questions sur la garantie, le nombre de watts, la force du moteur, la facilité d'entretien, la possibilité d'obtenir des pièces de rechange, etc.», dit Martine Lefebvre, chef du rayon de la cuisine chez Linen Chest. Ils sont prêts à payer un peu plus cher pour obtenir de la qualité.

Il faut porter une attention particulière à la force de l'appareil et à ses différentes fonctions. Il est préférable d'opter pour un moteur puissant et une seule fonction, que pour un moteur moins puissant avec huit fonctions.

Pour certains, il s'agit d'une question de look. Ils choisiront des électroménagers aux couleurs à la mode, comme le rouge, le vert, le jaune, le bleu, mais qu'ils rangeront dans les armoires lorsque la tendance sera passée. C'est pourquoi la sobriété de l'acier inoxydable est souvent plus intéressante à long terme.

Un outil miracle ?

Le Thermomix, qu'on a entre autres découvert à l'émission Les chefs!, a été développé en Europe il y a 50 ans. Il s'agit d'un seul appareil qui en combine une vingtaine. Il peut moudre, concasser, pulvériser, pétrir, couper, préparer, chauffer, fouetter, piler de la glace, peser et même cuire des repas complets à la vapeur, dans le plateau Varoma.


Importations Nobelhaus l'importe chez nous depuis maintenant 12 ans, mais «ça a commencé à débouler il y a environ quatre ans», indique Nathalie Miller, directrice du marketing.

Bien qu'il s'agisse d'un appareil d'abord créé pour un usage résidentiel, ce sont les chefs qui l'ont découvert en premier. «Ils l'affectionnent en raison de sa robustesse puisqu'il s'agit d'une construction allemande, mais aussi parce qu'il remplace deux mains en cuisine. En standardisant leurs recettes au Thermomix, ils obtiennent toujours le même résultat, donc tout le monde peut les réaliser», souligne Mme Miller.

À la maison, il permet de limiter les petits électroménagers, engendrant donc une économie d'espace. Il permet également de gagner du temps et de limiter les manipulations, puisque tout se fait dans le même bol. «Puis lorsqu'on a terminé, la cuisine est propre», indique Mme Miller. En plus, il est très facile à nettoyer.

«Avec le Thermomix, tu as le contrôle de ce que tu cuisines à tous les jours, puisque tu peux faire tout toi-même, de façon rapide», mentionne Mme Miller. En plus, il est possible de le transporter partout, sur le bateau, dans le motorisé, etc.

Le chef Mario Martel, directeur de l'Académie culinaire, qui se dit «plus classique», dans sa façon de cuisiner, avoue qu'il était septique. Mais lorsqu'il a constaté, entre autres, la texture qu'il était possible d'obtenir, la facilité avec laquelle on réalise une sauce, un potage ou un coulis qu'on sert ensuite sur-le-champ, il a été «conquis», dit-il. La preuve: il est maintenant représentant pour Importations Nobelhaus. L'appareil, d'une valeur de 1 600 $ n'est pas vendu en magasin, mais plutôt par le biais de présentations.

 

|