Vous êtes ici

Le Grand dictionnaire du whisky

Tout sur le whisky
|

Si vous vous présentez au comptoir d’un bar respectable et commandez « un whisky », attendez-vous à vous faire bombarder de questions. Single malt ou blended? Sec ou sur glace? Américain ou écossais? Pour mieux comprendre ce liquide malté aux mille visages, CASA vous a préparé ce bref survol des termes les plus courants.

LES GRANDES CATÉGORIES

Blended whisky

Un blend est un whisky d’assemblage, combinant différents whiskies de même provenance à des alcools de grain. Il est préparé par un maître-mélangeur, qui doit savoir agencer goûts, parfums et couleurs pour obtenir un mélange équilibré, velouté, harmonieux et surtout, pouvant être reproduit fidèlement à grande échelle et sur une longue période. Les blends offrent un goût équilibré et représentent généralement des valeurs sûres, ce qui explique leur grand succès commercial.

 

Single malt et straight whisky

Désignant certains whiskies écossais, un single malt Scotch whisky est préparé par une seule et même distillerie, ce qui lui confère des qualités plus prononcées et distinctives qu’un assemblage. Dans le cas de whisky d’une autre appellation, on utilise plutôt le terme straight whisky.

Le summum du single malt est le single cask ou small batch, une production issue d’un seul et unique fût de vieillissement, embouteillée à son degré d’alcool naturel. La rareté de la production – et par conséquent, le grand soin qui est déployé dans sa préparation – explique qu’elle soit tant prisée des connaisseurs.

LES APPELLATIONS

Scotch whisky

Considéré par beaucoup comme le Champagne du whisky, le scotch (ou whisky écossais) baigne dans le mystère et la magie. Sur un territoire à peine plus grand que le Nouveau-Brunswick, on compte plus de 100 distilleries offrant une variété étonnante de parfums, bien que la recette de base demeure la même. Un savant mélange de malt et d’eau, fermenté puis séché et aromatisé par la fumée de tourbe jetée aux flammes, est ensuite vieilli dans des fûts de chêne ou encore, des fûts ayant préalablement servis au vieillissement de sherry ou de bourbon américain.

De plus en plus, les scotchs single malt sont en vogue : préparés d’une seule distillerie, ils présentent une grande variété de goûts et d’arômes, caractéristiques de leurs origines.

Bouteille à découvrir: le whisky écossais The Glenlivet 12 ans Highland Scotch Single Malt The Glenlivet, 48,00$

 

Irish whisky

C’est aux Irlandais qu’on attribue l’invention du tout premier whisky : plus précisément, les Celtes du VIe siècle auraient été les premiers à développer l’alambic, utilisé pour la distillation de l’alcool. À ce jour, les whiskies irlandais ont la réputation d’être préparés et vieillis avec tant de soin que les lendemains sont un peu moins difficiles.

Contrairement au whisky écossais, le moût du whisky irlandais est séché dans un four sans fumée.

Bouteille à découvrir: le whisky irlandais Redbreast 12 ans Pure Potstill, 50,25$

 

Bourbon

Le bourbon est un symbole patriotique américain, au même titre que le baseball et les hot-dogs. Pour répondre aux normes, il doit être préparé à partir d’un moût (mixture de céréales pour la fermentation) comportant au moins 51 % de maïs, l’excédent étant composé de seigle et d’orge, puis vieilli dans des fûts de chêne flambés.

Le bourbon est apparu au 18e siècle, lorsque des fermiers à l’esprit entrepreneur ont réalisé qu’il était plus rentable de transporter deux barils d’alcool plutôt que vingt-quatre boisseaux de maïs! On attribue ses origines à l’état du Kentucky qui, à ce jour, demeure seul responsable de 80 % de la production américaine de bourbon.

Bouteille à découvrir: le whisky américain Knob Creek 9 ans Kentucky Bourbon, 40,50$

 

Rye whisky

Aux États-Unis, un rye whisky est fabriqué avec au minium 51 % de seigle, puis vieilli dans des fûts de chêne flambés. L’utilisation du seigle apporte un goût rond et caractéristique au mélange.

En contrepartie, bien que les whiskies canadiens sont souvent appelés rye whisky, la quasi-totalité de la production moderne locale est faite à partir d’un mélange de seigle, maïs, orge et blé.

Bouteille à découvrir: le whisky canadien Canadian Club Premium, 23,00$

 

Tennessee whisky

La recette du Tennessee whisky s’apparente en tous points à celle du bourbon : moût composé d’au moins 51 % de maïs et alcool vieilli en fût de chêne flambé. Ce qui créer le goût caractéristique du Tennessee whisky, c’est la filtration au charbon de bois d’érable juste avant la mise en fût, permettant d’adoucir le mélange et lui attribuant un goût caractéristique.

Bouteille à découvrir: le whisky américain Jack Daniel’s Old No 7, 31,75$

POUR LE DEGUSTER

Sec (neat)

Un whisky peut être bu sec, sans glace. Le principal attrait est la possibilité de goûter au mélange « pur », sans être dilué par l’eau ou la glace fondue. En contrepartie, certains whiskies à forte concentration en alcool peuvent s’avérer trop puissants pour en apprécier pleinement les subtilités.

 

Sur glace (on the rocks)

Un whisky peut être servi avec glaçons, qui permettront de garder le verre au frais et d’adoucir la teneur en alcool pour mieux percevoir les subtilités du goût. En contrepartie, au fur et à mesure que la glace fond, le whisky est dilué et perd de son ardeur. Un compromis : l’ajout d’une fine quantité d’eau à l’alcool, pour une expérience plus homogène.

|