Vous êtes ici

Le Dry Martini : son histoire + 5 recettes

|

Pour beaucoup, le Dry Martini représente le cocktail classique par excellence. Comment explique-t-on qu’il soit si difficile – voir impossible! – de trouver la bonne recette d’un cocktail aussi populaire?

Précisons d’abord que le Dry Martini, dans son incarnation la plus classique, est une quantité de gin rehaussé d’un soupçon de vermouth. Avec le temps, certains ont troqué le gin pour la vodka, créant ainsi le Vodka Martini. Enfin, le terme de Martini est également utilisé pour désigner tout cocktail à forte concentration d’alcool, servi dans un verre à Martini.

Une légende urbaine résume bien la grande diversité qu’on retrouve dans la préparation du célèbre Dry Martini. L’histoire raconte qu’un pilote américain avait l’habitude d’ajouter à sa trousse de survie une petite bouteille de gin, du vermouth, un pot d’olives, une cuillère de barman et un verre à mélanger. Lorsque son copilote lui aurait demandé à quoi ça pouvait bien servir, le pilote lui aurait répondu : « Si je m’écrase au beau milieu de nulle part et que j’ai besoin de secours, tout ce que j’aurai à faire, c’est de commencer à me préparer un verre et immanquablement, quelqu’un va sortir des buissons pour me dire que ce n’est pas comme ça qu’on prépare un Martini. »

 

  • Le Martini se prépare-t-il au shaker? Certains barmans croient qu’il doit plutôt être remué dans un verre à mélanger, pour demeurer pur et limpide. James Bond quant à lui, préfère son Martini « Shaken, not stirred ».
     
  • Qu’est-ce qui va au frais? Mieux vaut-il conserver son gin température pièce, au frigo, ou au congélateur? Si vous n’aimez pas votre Martini au shaker, plus c’est froid, mieux c’est!
     
  • Quelle est la bonne quantité de vermouth par rapport au gin? En 1949, le magazine Harper avançait que la juste mesure était très exactement 3,7 parts de gin pour une part de vermouth. Depuis, la mode est passée aux Dry Martinis avec aussi peu de vermouth que possible. La recette du Dry Martini le plus sec revient assurément à Winston Churchill, qui affirmait qu’il fallait simplement regarder une bouteille de vermouth pendant qu’on verse le gin!
     
  • Quelle garniture utiliser? Bien que l’olive reine représente le choix le plus classique, un Dry Martini se prend tout aussi bien avec un tortillon de citron ou des oignons à cocktail.

 

Même si peu de gens s’entendent sur de nombreux détails, certains principes de base sont communs à tous les Dry Martinis réussis :

 

  • Utiliser les meilleurs ingrédients possibles : Le Dry Martini est si concentré que la personnalité d’un alcool premium viendra lui donner du caractère. Côté gin, le Bombay Sapphire et le Tanqueray sont des choix populaires (le premier étant plus velouté et le second, plus prononcé). Pour ce qui est du vermouth, le Martini sec est un choix classique, tandis que le Stock extra sec donne un goût un peu plus parfumé.
     
  • Préparé au froid et rapidement : Mettez les verres au congélateur quelque temps avant la préparation pour les refroidir. Que ça soit au shaker ou au verre à mélanger, utilisez beaucoup de glace et remuez rapidement; juste assez pour que votre cocktail soit pétillant de froid, pas trop pour que la glace en dilue le goût.

 

  • Bu froid et rapidement! Un Dry Martini se boit froid et fraîchement fait : chaque instant qui passe, il tiédit et perd de son ardeur. 

 

La grande diversité du Dry Martini est précisément ce qui fait son charme : comme aucun bar, hôtel ou restaurant ne le fait exactement comme un autre, c’est comme découvrir un nouveau cocktail à chaque fois!

Enfin, voici quelques recettes à essayer pour vous aider à identifier le Martini qui plaira le plus à votre palais… 

|

Commentaires

Connexion

Pour contribuer à la communauté, vous devez
vous connecter ou vous créer un profil.