Vous êtes ici

La soupe ramen en 5 déclinaisons

La soupe ramen en 5 déclinaisons
|

L’Italie a la minestrone, l’Europe de l’Est le bortsch, l’Indonésie le laksa et l’Asie la soupe ramen. Ce met nous provient de la Chine et non du pays du Soleil-Levant, comme le laisse entendre la croyance populaire. En fait, les nouilles ramen auraient été introduites au Japon grâce à des vendeurs ambulants au début du XXe siècle. Il semblerait que le terme ramen serait une adaptation japonaise du mot chinois la mian, qui signifie « nouilles tirées ». Aujourd’hui, on considère la soupe ramen comme étant un met japonais.

Il existe plusieurs types de bouillon : le shoyu rāmen à base de sauce soja, le tonkotsu rāmen aux os de porc, le shio rāmen fait de sel et le miso rāmen conçu avec du miso. Par la suite, il ne suffit que de laisser cours à votre imagination ou bien de suivre les nombreuses recettes à votre disposition. Par ailleurs, la préparation du bouillon peut prendre quelques heures et un peu de dextérité à faire.

 

 

La classique Voir la galerie

D’abord, il faut préparer un bouillon blanc fait à partir d’os de porc et d’eau. Pour parfumer la base, on y va de quelques cuillères de sauce soja, de mirin, et de saké. On n’oublie pas d’ajouter un morceau de gingembre, des oignons verts, un oignon blanc, de l’ail et une algue konbu.

Côté légumes, champignons, shiitake, pousse de bambou et fèves germées compléteront la recette. La touche finale? Un œuf à la coque ou poché le jaune encore coulant, c’est selon. Si le bouillon blanc ne vous fait pas envie, il est toujours possible d’y aller avec une version au bouillon de bœuf ou de poulet.

 

Recette de soupe ramen classique

|