Vous êtes ici

Critique resto : Renard artisan bistro

Critique resto : Renard artisan bistro
|

Renard artisan bistro ★★ 1/2

Coup de toque : Faire la promotion des artisans du Québec, c'est bien.

Coup de torchon : Sublimer leurs produits, c'est mieux.


On est souvent à la recherche de la perle rare, de la personne qui enchantera par ses réalisations, qu'elles soient culinaires ou autres. La recherche du talent est une quête perpétuelle pour moi, à tort ou à raison. « Chacun sa route, chacun son chemin, chacun son rêve, chacun son destin, passe le message à ton voisin », nous chante Tonton David. Ainsi, j'avais des attentes envers ce chef et son nouveau restaurant qui annonce beaucoup. Mais...

Style de restaurant

Situé en lieu et place du 5e péché (déménagé rue Saint-Denis), Renard artisan bistro annonce une cuisine de marché, de champs, de bois, de petits producteurs. Il souhaite faire la promotion des meilleurs fournisseurs du Québec, on lui dit bravo pour cette belle initiative, mais cela provoque inévitablement des attentes.

Décor

La façade a été repeinte en vert forêt, mais à l'intérieur, il y a très peu de changements par rapport au restaurant précédent. Cependant, allez savoir pourquoi, l'espace m'a paru un peu plus clair, plus vaste, alors que l'espace du local est le même. Grande ardoise sur un mur pour inscrire les vins et sur l'autre mur, le menu. Six entrées, six plats, quelques desserts (trois, je crois), voilà, la table est mise.

Ambiance

Calme, l'atmosphère s'est légèrement animée au fur et à mesure que la soirée avançait. Il manquait d'ambiance, et la musique moribonde n'aidait pas. Rien pour aller voir son psy en sortant, mais un meilleur choix musical aiderait sûrement.

Clientèle

Un endroit idéal pour ceux qui souhaitent le calme et se perdre dans les yeux de leur partenaire. Quelques couples le soir de ma visite, alors que pour des soirées animées, mieux vaut aller ailleurs. C'est d'ailleurs ce que j'ai fait en sortant du Renard, j'avais envie de plus d'action et de terminer ma soirée du vendredi sur de meilleures notes gourmandes.

Le repas

Le jeune chef Jason Nelsons a une volonté affirmée, celle d'explorer les bonnes petites adresses du Québec, de choisir avec soin des fournisseurs talentueux et de nous présenter ce qui se fait de mieux au Québec en produits de belle qualité.

Je suis même presque sûr que dans sa démarche, il souhaite nous servir, sans trop de transformation, ce que les artisans auront mis à sa disposition. C'est là justement où le bât blesse. Lorsque je vais au restaurant, j'y vais pour y vivre une expérience, et je souhaite que le chef interprète le produit qu'il a à sa disposition. Si c'est pour le servir presque tel quel, autant aller chez le producteur soi-même et le préparer à la maison, pas besoin de chef pour ça. Il y a une différence entre simplicité et apparence de simplicité. Avec la prolifération des restaurants et chefs de qualité au Québec, pour se démarquer, ça en prend plus aujourd'hui.

Donc, une petite tranche de coeur de gibier, servi avec une salade de racines de persil (12 $), une sorte de rémoulade, comme nous le ferions pour le célerirave. Mais celle-ci était trop intense en vinaigre et câpres, ça tuait carrément le goût du coeur. L'idée est bonne, mais c'était bien mal dosé.

Par contre, les raviolis maison, fins et délicats, servis avec une belle poêlée de chanterelles, étaient vraiment réussis. C'est avec une telle réalisation culinaire que l'on se rend compte que le chef a du talent.

Mais alors pourquoi toutes ces maladresses pour le reste des plats? Le Kingfish, un poisson qui porte bien mal son nom, sorte de gros maquereau (lui, bien meilleur) était très fade, servi avec des cubes de pommes de terre parfumés au curry, coupés vraiment trop gros, sans attrait, sans intérêt.

Puis, un loupage, à la limite acceptable pour des amateurs qui cuisinent la fin de semaine, mais pas pour un chef qui venait de nous servir de merveilleux raviolis... Pourtant, le serveur, très en verve, nous avait vanté le plat, laissant présager quelque chose de formidable. Une côte de porc, à la cuisson presque bouillie, on aurait dit que la viande, dure et sèche, avait préalablement été congelée. Je ne retourne jamais mes assiettes et j'avais très faim, mais j'ai failli la renvoyer, j'aurais peut-être dû. En finale, deux desserts plus qu'amateur, et nous somment parti bien déçus...

Le service

Le serveur est un pro, donc, nous avons eu un service de pro.

Carte des vins

Le serveur étant un pro, il s'y connaît bien aussi en vin, ça tombe bien, j'aime les passionnés de vin. Les prix sont quand même assez élevés.

Renseignements

  • Combien ça coûte 144 $ tout compris
  • Le quartier : Au coin de Mont-Royal et Drolet
  • L'adresse Renard artisan bistro, 330 Mont-Royal Est, Montréal, Téléphone : 514-508-2728 
|