Vous êtes ici

Critique resto: Le piment rouge

Critique resto: Restaurant Le piment rouge
|

Le piment rouge: 1/2 étoile

Coup de toque: Superbe décor

Coup de torchon: C'est un scansale sur toute la ligne

J'ai changé de titre au moins dix fois. Honteux, Scandaleux, Offensé, Bafoué, Méprisant, Pour rire du monde... Ce que j'ai vécu, le soir de ma visite au Piment rouge, est indigne. Je suis tellement fâché chers lecteurs, que je ne veux pas que vous lisiez cet article paisiblement, en prenant un petit café. Je souhaite vous partager mon indignation parce que je suis en beau fusil!

Style de restaurant

Humiliant. Après un décantage de deux jours pour bien comprendre ce qui s'était passé et vous livrer le fond de ma pensée le plus justement possible, je me sens humilié pour tous les chefs du Québec qui prennent tant à coeur leur métier.

Pour tous ceux qui respectent et traitent si bien leurs clients, pour tous ceux qui se donnent tant de mal pour attirer et fidéliser des clientèles de plus en plus volages. Pour ceux qui donnent de l'importance à chaque élément soigneusement choisi dans l'assiette.

Pour des gens comme Normand Laprise et Daniel Vézina, qui mettent en avant le travail de petits artisans. Pour les généreux, comme Jérôme Ferrer et Laurent Godbout et pour les grands techniciens, comme les Marc-André Jetté, Éric Gonzalez ou Benoit Lenglet. Pour les jeunes chefs qui osent, comme Danny St-Pierre, José-Pierre Durand et Alexandre Gosselin. Pour les endroits constants, comme Les Beaux Jeudis ou le Mas des Oliviers.

Pour les courageux qui ouvrent des restos, malgré la surabondance de ceux-ci, comme les jeunes Renaud Poirier ou Pascal Turgeon. Pour tant d'autres chefs, au Québec, qui sont dévoués à leur métier. Oui, pour tous ceux-là et pour moi, aussi, comme chef cuisinier et client, je suis très gêné.

Décor

Magnifique!

Ambiance

Il y a une dichotomie dans ce lieu luxueux ; on sent qu'il y a quelque chose qui cloche. Après quelques minutes, j'ai mis le doigt dessus ; j'étais dans une cafétéria. Une cafétéria de luxe certes, mais une cafétéria ; quelle imposture!

Clientèle

Des touristes, ce soir-là, et une table d'habitués (un couple avec leurs enfants), 28 personnes en tout.

Le repas

Coquille de crabe (12 $), une mini carapace de crabe vidée, puis garnie d'une sorte de farce gluante, le dessus complètement desséché, deux bouchées infectes, je cherche encore le crabe ; une honte! Panier Dim Sum (14 $), soit deux bouchées vapeur, comme dans n'importe quel restaurant asiatique, crevette et porc, puis trois bouchées frites, dont l'une très sucrée (prune et sésame) et, enfin, deux bouchées rondes (frites, aussi) grasses, gluantes, tellement mauvaises, servies dans des cassettes en papier blanc, comme dans n'importe quelle cafétéria ; j'avais déjà le feu au...

Ensuite, un canard croustillant (29 $) ; ça prendrait une page pour décrire comment je me suis senti lorsque j'ai reçu cette ineptie. Poitrine de canard frite, coupée en morceaux, sèche, dure comme ce n'est pas possible, sûrement laissée dans une table chaude pendant des heures ; pas de sauce d'accompagnement, pas de légumes, pas de garniture.

J'ai commandé un bol de riz vapeur (4 $), arrivé froid, croûté et sec en surface ; une honte ! Suivi du bar vapeur (32 $), filet, en fait, recouvert d'une sauce intense, grasse, gluante. Impossible de savourer la chair du poisson ; c'était tellement lourd et salé. On a dû demander au serveur de laisser la portion sur la table ; sinon, il repartait avec le plat.

À ce moment du repas, j'hallucine complètement, prêt à exploser. Respire, mon Thierry, c'est un travail... Dessert; là, encore, il fallait garder son calme. Quel est le gâteau du chef? «Hong, pas gâteau du chef aujourd'hui». Ok, la crème brûlée saveur de la semaine? Vanille. «Ben, coudonc», je suis tombé la bonne semaine!

Quel est le dessert chinois? «Hong, non, non, non, pas dessert chinois, pas bon Monsieur, dessert chinois pas sûr, chef change, moi recommande dessert mangue». Bon, allons-y pour la crème brûlée à la saveur de la semaine (8 $) et le dessert à la mangue (8 $). On est loin des desserts des meilleurs restaurants au Québec, vous l'aurez deviné!!!

Le service

Un seul serveur a de l'allure, gentil comme tout, soit celui qui sert les plats à la pince. Par cet exercice, ils essaient de donner un peu de prestance à cette supercherie.

Carte des vins

Très belle carte des vins. On nous a servi deux verres de vin blanc (12 $) bouchonné en plus, sans nous montrer la bouteille. C'est pourtant élémentaire, de le faire.

Renseignements

  • Combien ça coûte : 172 $ pour deux entrées, deux plats, deux desserts, deux verres de vin, taxes et service. Pour le même prix, vous visiterez d'excellents repas dans les restaurants cités plus haut, c'est aussi ça, le scandale !
  • Le quartier : Dans le magnifique Windsor
  • L'adresse : Le Piment Rouge, 1170 rue Peel, Téléphone : 514-866-7816
     
|