Vous êtes ici

Critique resto: Kitchenette

Critique resto: Restaurant Kitchenette
© Photo: Benoît Pelosse
|

Kitchenette: ★★★

Coup de toque: Cadre, ambiance et cuisine attrayante !

Coup de torchon: Avec les prix en vigueur, le droit à l'erreur est mince !

La charmante Nathalie Doucet, qui fut jadis au fameux restaurant SOTO, dirige maintenant, avec son conjoint et chef cuisinier Nick Hodge, le Kitchenette, un restaurant qui fait beaucoup parler de lui en ce moment. Hodge est un chef qui souhaite à la fois bousculer les traditions (surtout si l'on se fie au nom des plats sur son menu), s'amuser et nous transmettre sa passion. Le talent et la volonté sont au rendez-vous, voyons maintenant si le contenu correspond à ses aspirations.

Style de restaurant

Cuisine confort, cuisine de réconfort, et ce, à prix fort ! Eh oui, même si les prestations du midi et du soir sont toutes deux appréciables, je ne peux m'empêcher de penser que le réconfort est de plus en plus cher : 165 $ pour deux entrées, deux plats principaux, deux desserts et deux verres de vin, pas d'amuse-gueule, pas de mignardises, ce n'est pas donné si l'on compare à d'autres restaurants de la métropole. Pour ceux qui veulent vivre l'expérience d'un chef doué, il faudra accepter de payer le prix.

Décor

Dès votre arrivée, vous serez attirés par le grand bar comptoir qui crée également la frontière avec la cuisine ouverte dont les effluves sont heureusement exclus. Tables bien espacées, banquettes confortables (prenez-les si vous en avez la possibilité), le tout est chaleureux, sans artifice superflu, sympa.

Ambiance

Une visite le midi et le soir m'a permis de constater qu'il y a deux ambiances au Kitchenette : virevoltante, bouillante et très occupée le midi, et plus calme et détendue le soir.

Clientèle

Le midi, c'est la cantine (de luxe, tout de même !) de Radio-Canada : les animateurs, les artistes et artisans, les cadres de la grande tour se donnent rendez-vous dans ce restaurant situé juste en face de chez eux. Pour les gourmands de la société d'État, c'est une bénédiction d'avoir un restaurant comme le Kitchenette à proximité. Les gens d'affaires et le monde de l'édition y ont aussi leurs habitudes, il est donc recommandé de réserver, surtout le midi.

Le repas

La carte est invitante, beaucoup de plats nous inspirent, mon invité Jacques (un homme d'affaires qui mange tous les jours au restaurant) et moi. On démarre avec creton de crabe, pain au maïs grillé et confiture de tomates. Servi sur une petite planche en bois, le creton de crabe est déposé dans une mini-cocotte. La présentation est conviviale et c'est voulu, la portion se partage allègrement. La confiture de tomates est délicieuse, le pain au maïs aussi, du vrai beau travail.

Taco japonais, boeuf effiloché Teriyaki, guacamole et slaw de daikon. Le boeuf Teriyaki est savoureux, mais le Taco n'est pas évident à manger, on s'en met plein les doigts. Et la portion est vraiment minuscule pour 14 $. Je comprends et constate qu'il y a beaucoup de travail dans cette préparation, mais quand même !

Puis, les plats principaux. Jacques est attiré par le Cioppino «paresseux» avec crabe, pétoncles, palourdes, crevettes, moules et poisson du jour, qui consistait en fait en un bouillon (très bon) dans lequel on avait délicatement plongé des fruits de mer. Ceux-ci étaient bien cuits, mais trop fades.

Le bouillon aurait pu assaisonner les fruits de mer, mais pour cela il aurait fallu les laisser longtemps dans le bouillon et ainsi risquer de trop les cuire. Je suis peut-être trop dur, mais à 36 $ le plat, même si la qualité des matières premières est irréprochable, il faut que les chefs comprennent que les clients ne peuvent en revanche pas accepter les «à peu près».

Aussi, pour moi, morue noire biologique, croûte de miso-yuzu, purée de céleri-rave, bok choy braisé au saké et shiitakes croustillants (26 $). Quel beau plat ! La cuisson du poisson, les accompagnements, tout était parfait, un plat presque cinq étoiles. C'est avec un plat comme ça que le Kitchenette vaut le détour

En finale, tarte au citron : appareil agréable, mais pâte humide, et dessert aux fraises sans grand attrait. Des hauts et des bas, donc. Voilà pourquoi je vous recommanderais davantage les midis du Kitchenette, avec les mini-burgers, les huîtres, la pizza au homard, tous des plats délicieux.

Le service

Le soir de notre visite, le service était assuré par une jeune fille qui nous a un peu oubliés par moments, mais qui était néanmoins très gentille.

Carte des vins

La carte des vins est bien pourvue, demandez les choix de vins au verre, annoncés de vive voix ou écrits sur le tableau noir (qui n'était pas visible de notre table). Prix autour de 11 $ ou 12 $ le verre (Chablis et Pinot noir).

Renseignements

  • Combien ça coûte : 165 $ tout compris
  • Le quartier : Juste en face de Radio-Canada
  • L'adresse : Kitchenette, 1353, boul. René Lévesque Est, Montréal, 514-527-1016

  
 

|