Vous êtes ici

CASA a testé : Mélangeur KM080 de Kenwood

CASA a testé : Mélangeur KM080 de Kenwood
© Marie-Claude Viola
|

Quand un nouveau produit fait son apparition sur le marché, la curiosité s’installe. Qu’est-ce qu’il peut bien offrir de mieux qu’un autre produit? Quels sont ses avantages et ses inconvénients? Est-ce que ce type d’appareil pourrait me convenir?

Je ne suis pas une spécialiste des petits électroménagers, loin de là. Mais, je suis une vraie foodie, toujours à la recherche du meilleur ingrédient et de l’appareil performant qui facilitera ma tâche en cuisine.

C’est un peu dans cet esprit que j’ai demandé à tester le KM080 de Kenwood, une nouveauté sur le marché québécois.

Journée de test

J’ai pu conduire le test avec le porte-parole de Kenwood au Québec, le chef Mario Tavares de Ferreira Café. Bon, ce n’est pas tous les jours qu’on peut compter sur l’aide d’un grand chef dans sa cuisine, mais nous nous sommes penchés sur l’appareil comme si nous étions de vieilles connaissances. 

C’est un appareil «tout dans un» avec moteur central. On peut y ajouter un hachoir, des coupe-pâtes, mais aussi un mélangeur, un robot culinaire, un moulin à café, un presse-agrumes... En fait, pour être précise, l’appareil dispose de plus de trente accessoires pratiques.

Le KM080 est programmable. En plus de contrôler la vitesse et la durée de mise en marche, il est possible de régler la température du bol. C’est cette caractéristique qui distingue ce mélangeur, le seul à offrir un bol avec élément chauffant à induction pouvant atteindre 140 °C (284 °F). On peut donc cuisiner et mélanger les mets simultanément sans même ouvrir la cuisinière!

Je dois avouer qu’au début, je pensais qu’il s’agissait d’un gadget. J’ai rapidement changé d’avis quand j’ai vu qu’il était possible d’y faire lever la pâte à pizza à température constante et d’y réussir une Béarnaise (la bête noire des chefs professionnels et amateurs).

Chef Tavares avait procédé à ses propres tests en réalisant des mijotés, des crèmes, des risottos et de la pâte à chou. Quant à moi, je voulais préparer des aliments froids et chauds afin d’évaluer le système à induction.

Comme il était impossible de faire à manger pendant une semaine, nous avons moulu du poivre, concassé de la glace, battu des œufs, préparé un pesto, de la pâte à pizza et une Béarnaise (en suivant les recommandations du livre). 

Rien de plus simple que de moudre du poivre direz-vous, mais je voulais connaître la précision de l’appareil. En contrôlant la vitesse, j’ai pu obtenir un poivre légèrement concassé puis entièrement réduit en poudre. Même chose pour la glace broyée dans le mélangeur résistant aux variations de température. 

Ces deux accessoires se fixent très facilement sur le dessus de l’appareil et fonctionnent à l’aide du moteur central. Le robot culinaire qui a servi pour la préparation du pesto fonctionne tout aussi bien réduisant le basilic en une belle purée verte tout aussi fine que celle obtenue avec un mélangeur. 

 

Lisez la suite de l'article.

|