Animal cherche compagnie

La diffusion de cette émission est terminée.

Toilettage

Trois points à considérer avant de faire tondre votre animal

Trois points à considérer avant de faire tondre votre animal

Karine Larouche 28 Août 2014

Vous avez envie de donner un nouveau look à votre animal? Voici trois points importants à considérer avant de le faire tondre.

1. Le type de pelage 

Est-ce que votre animal possède un sous-poil abondant? Si par exemple vous avez un chat, un labrador ou encore un golden, vous voudrez éviter la tonte de ces derniers dans la mesure du possible. En effet, raser un animal qui possède ce type de pelage entraîne fréquemment un débalancement lors de la repousse du poil.

Les impacts peuvent être différents, mais dans la majorité des cas, on note une augmentation marquée de la croissance des sous-poils au dépend du beau poil primaire lustré et brillant qui protège l’animal. Chez certains animaux les effets secondaires sont immédiats, alors que pour d’autres la détérioration du pelage s’installe graduellement au fil du temps.

Dans d’autres cas, la tonte peut provoquer de l’alopécie, c’est-à-dire que le poil ne repousse plus sur un ou plusieurs endroits du corps. Il va sans dire qu’un animal qui perd sa première ligne de protection devient très vulnérable aux agressions extérieures. Les branches d’arbres, les piqures d’insectes ou encore les rayons UV du soleil  deviennent alors une très bonne porte d’entrée pour diverses infections. Dans les deux cas, l’animal devient incapable de réguler adéquatement sa température corporelle et est plus susceptible de contracter une affection de la peau.

Pour les animaux ayant un sous-poil abondant, il est préférable d’opter pour d’autres options de toilettage  comme les traitements de la mue. Si toutefois la tonte est  envisagée, certaines façons de faire permettre de diminuer son impact sur le pelage de l’animal. On pourrait par exemple opter pour une coupe plus longue, intégrer un toilettage régulier avec carding ou encore un traitement de la mue entre les tontes.  

Pour les chiens dont le pelage pousse constamment et qui n’ont pas de mue visible (yorkshires, caniches, etc.) la tonte est nécessaire et doit être adaptée selon les besoins de l’animal et de ses parents humains, comme nous le verrons dans les points suivants.

Pour connaître les différents services de toilettage disponible pour votre chat, je vous recommande de lire ce billet : le toilettage du chat.

2. La longueur

La longueur de la coupe est très importante, car comme nous l’avons vu dans le billet le toilettage, pourquoi mon animal en a-t-il besoin?, car la peau et le pelage ont un rôle très important pour sa protection. Ainsi, raser très court le poil d’un animal laisse celui-ci vulnérable et peut occasionner des problèmes lors de la repousse du pelage. D’un autre côté, un pelage mal entretenu et noué favorise l’apparition de problèmes cutanés.

Il est donc indispensable de trouver une longueur de tonte qui assure un bien-être à l’animal tout en répondant aux besoins de sa famille. Par exemple, une famille aimant les activités en forêt laissant pousser à sa pleine longueur le poil de leur bichon maltais rencontrerait cette problématique : celui-ci amasserait les débris présents sur son chemin tel que les branches et les feuilles qui s’emmêleraient invariablement au pelage, créant des nœuds très difficile à démêler! Par contre, sans son pelage il devient vulnérable à ces mêmes éléments. Il est donc important que vous discutiez avec votre toiletteur de la meilleure option pour vous.

3. La fréquence

Afin de s’assurer que la peau et le pelage de nos compagnons à fourrure demeure en excellent état, il faudra évaluer avec votre toiletteur la fréquence idéale des tontes. En effet, celle-ci variera en fonction de la longueur du poil, du temps passé à l’entretenir entre les toilettages et du cadre de vie de l’animal. Par exemple, les coupes d’un demi-pouce et plus requièrent, dans la grande majorité des cas, des visites aux trois à six semaines chez le toiletteur afin de maintenir le poil en bon état. Cette fréquence est entre autre définie en fonction de la structure du pelage et du temps que le propriétaire peut consacrer à l’entretien du poil entre les visites.

Partager

Retour à la section Conseils d’experts et blogueurs

Commentaires