Animal cherche compagnie

La diffusion de cette émission est terminée.

Soins

Les pierres urinaires : non merci!

Les pierres urinaires : non merci!

Dr Jean Sébastien Labelle 23 Janvier 2014

Bien des gens ignorent que leurs animaux sont en mesure de produire des pierres! Les urolithes, calculs ou pierres urinaires sont en effet des problèmes fréquemment rencontrés en médecine vétérinaire. Les chiens et les chats, mâles ou femelles, peuvent être affectés. Les calculs se produisent lorsqu’il y a une augmentation de la concentration de minéraux dans l’urine. Les minéraux s’agglutinent pour former d’abord des cristaux et éventuellement une pierre. La présence accrue de minéraux peut être causée, entre autre, par une alimentation inadéquate, une maladie métabolique, une prédisposition génétique ou une consommation d’eau inadéquate.

Au tout début, votre animal ressentira le besoin d'uriner fréquemment et lorsqu'il le fera, il urinera de petites quantités contenant souvent un peu de sang. Les tentatives de mictions seront longues et parfois infructueuses. Votre animal aura aussi tendance à se lécher plus qu’à l’habitude au niveau des parties génitales. Le besoin fréquent d'uriner causera souvent des petits accidents dans la maison. Les propriétaires de chats souffrant de problèmes urinaires trouveront même des petites gouttes d’urine dans le bain ou le lavabo.

Si les symptômes sont souvent subtils en début de condition, une simple pierre pourrait éventuellement avoir de graves conséquences et même causer la mort de votre animal. En effet, si cette dernière se bloque dans l'urètre et empêche votre animal d'uriner (ce que nous appelons un blocage urinaire), l'accumulation d'urine dans la vessie aura des conséquences graves. L'urine, ne pouvant être éliminée naturellement, refoulera vers les reins et les endommagera de façon permanente. L'accumulation de toxines dans le sang (qui normalement auraient été évacuées dans l'urine) contribuera également à aggraver la situation. Si aucune mesure n'est rapidement prise pour débloquer l'urètre, en plus d'être épouvantablement souffrant, votre animal s'intoxiquera et les débalancements électrolytiques causeront un coma et éventuellement le décès.

Il existe plusieurs types de calculs urinaires. Les struvites sont complètement lisses, comme une pierre de rivière, tandis que les oxalates ont plutôt l’apparence d’un chardon. Ces dernières seront beaucoup plus irritantes pour la muqueuse de la vessie et seront plus souvent accompagnées de sang dans l’urine. Les pierres sont parfois rencontrées seules, mais régulièrement trouvées en grand nombre. Elles peuvent aussi s’accumuler et grossir lentement au fil des années avant que certains propriétaires décèlent des symptômes chez leur animal.

Nous pouvons généralement faire le diagnostic et l’identification de la pierre par une analyse d’urine, mais nous confirmons leur présence et leur nombre à l’aide d’une radiographie ou d’une échographie de l’appareil urinaire.

Lorsque nous diagnostiquons les pierres urinaires, plusieurs types de traitements sont possibles selon la nature de la pierre. Pour les struvites, si la pierre est de petite taille, qu’elle ne cause pas d’inconfort à l’animal et qu’elle a peu de chance de se coincer dans l’urètre, il peut être envisagé de la faire fondre en acidifiant l’urine grâce à une nourriture spécialisée et un suivi régulier. Si la pierre est trop grosse ou ne peut se dissoudre en modifiant l’acidité de l’urine, une intervention chirurgicale est fortement suggérée pour la retirer. Une fois enlevée, il est essentiel de la faire analyser afin de connaître sa nature et de prendre les mesures préventives pour réduire au maximum les chances de récidive. Selon le type de pierre, une nourriture adaptée sera également recommandée.

Si vous suspectez une maladie urinaire, je vous recommande de consulter votre vétérinaire afin de rapidement traiter la condition et d’éviter qu’elle se dégrade et devienne dangereuse pour votre animal. De plus, agir rapidement permettra probablement de réduire les coûts des traitements. Je vous recommande surtout de ne pas attendre que les symptômes urinaires se présentent pour demander à votre vétérinaire comment offrir une prévention adaptée à votre animal, afin d’éviter ce type de problème que nous rencontrons si fréquemment. Comme dit le dicton « vaut mieux prévenir que guérir ! »

Struvites enlevées chirurgicalement sur un Golden Retreiver

Partager

Retour à la section Conseils d’experts et blogueurs

Commentaires