Animal cherche compagnie

La diffusion de cette émission est terminée.

Adoption

Le sauvetage de 085E77… avant qu’elle ne soit Fanny!

Le sauvetage de 085E77… avant qu’elle ne soit Fanny!

Audrey Lemarbre 10 Février 2014

Nous le savons tous, la situation des animaux abandonnés et des usines à chiots est très difficile au Québec. Lorsque nous entendons aux nouvelles des histoires de maltraitance, d’abandon ou de cruauté, impossible de rester de glace; nous voudrions tous les secourir, tous les aider! Mais comment changer les choses? Comment faire partie de la solution?

Il existe de nombreuses façons d’aider la cause des animaux au Québec. Qu’il s’agisse de dons en argent, en matériel ou en temps à un refuge de votre région, que ce soit sous forme d’une signature à une pétition, que ce soit en faisant stériliser vos propres animaux afin de prévenir la surpopulation animale, toutes ces actions sont bonnes et contribuent à améliorer la condition des animaux domestiques au Québec.

En devenant pour la première fois famille d’accueil, Fabienne et sa famille ont trouvé le moyen d’aider les animaux. Elles ont ainsi hébergé temporairement une petite femelle shih tzu ainsi que ses trois chiots, qui avaient été saisis dans une usine à chiots par l’organisme Anima-Québec. Même si l’expérience n’a pas été facile, elle a été pleine d’émotions, et surtout de satisfaction à l’idée d’avoir offert à ces animaux maltraités la deuxième chance qu’ils méritaient…

Le sauvetage de 085E77… avant qu’elle ne soit Fanny!

Alors que ma famille et moi regardons les nouvelles à la télévision, nous sommes informés qu’Anima-Québec a procédé à la saisie de 527 chiens dans une usine à chiots. Nous sommes troublés. Nous proposons donc de donner un coup de main aux organismes qui sont responsable de ces centaines de chiens en prenant l’une des femelle et sa portée en foyer temporaire. C’est notre première expérience comme bénévoles auprès d’animaux. Évidemment, nous savions que les chiens seraient en mauvaise condition, mais nous n’étions pas du tout préparés à la réalité.

On nous présente à 085E77, une femelle shih tzu qui vient d’avoir une portée. L’odeur qu’elle dégage est presque insupportable. Son pelage est imprégné d’un mélange d’excréments et de résidus d’accouchement agglutinés qui forment de grosses boules pendantes. Sa peau est si irritée que certaines parties de son corps sont dépourvues de poils, alors que d’autres présentent des plaies. La pauvre chienne tremble comme une feuille et essaie de se faire minuscule pour qu’on l’oublie. Dans son regard, on ne peut lire que de la souffrance. Jusqu’à maintentant, sa vie a été misérable.

Dès notre retour à la maison, nous n’avons qu’un objectif: donner un bain à la maman et aux petits pour tenter d’éliminer l’odeur. Immobiles comme des statues, ils se laissent savonner sans se plaindre. À l’aide de ciseaux, nous coupons les boules de pelage qui pendent et qui sont dures comme des pierres. Leur état est si pitoyable que nous en avons les larmes aux yeux.

Les jours qui suivent sont teintés de tristesse, mais nous vivons aussi de grandes joies. Nous sommes tristes de savoir qu’une si douce petite chienne a passé six ans dans une cage minuscule, sans jamais en être sortie — ses petites pattes peuvent à peine la porter — et sans jamais avoir connu la tendresse. Les seuls liens qu’elle a pu développer, c’est ceux qu’elle tissait avec ses petits... qu’on lui retirait dès qu’ils étaient achetés par un commerce faisant la vente de jeunes animaux. Par contre, nous sommes heureux de la voir apprendre à marcher, puis sortir au grand air, tout étonnée de découvrir le monde.

Trois semaines plus tard, les bébés sont sevrés. Ce sont maintenant trois adorables petites chiennes enjouées, affectueuses, curieuses, qui veulent se faire prendre et qui adorent dormir sur nos genoux... tout à fait à l’opposé des petites bêtes sales, puantes et effrayées que nous avons reçues! La maman court à l’extérieur, dort dans son petit panier et joue avec ses bébés.

Pour nous, c’est une période qui se termine, car ils seront officiellement adoptés. Pour eux, c’est une nouvelle vie qui commence. Être une famille d’accueil temporaire pour les animaux en détresse, c’est vivre une suite d’émotions fortes: de la tristesse et de la joie, de la tendresse et de la colère... Par-dessus tout, nous avons énormément d’admiration pour les gens de la Humane Society International, d’Anima-Québec et de la SPCA, qui se dévouent sans compter pour offrir une nouvelle vie à ces animaux victimes de la convoitise humaine.

Fabienne

Si à l’instar de Fabienne vous voulez partager votre histoire d’amour avec nous, n’hésitez pas à m’écrire en cliquant ICI. Peut-être sera-t-elle la prochaine à être publiée sur le web, ou peut-être verrez-vous la belle bouille de votre petit compagnon dans le prochain numéro de Magazine Animal!

À lire aussi sur magazineanimal.com

 

Partager

Retour à la section Conseils d’experts et blogueurs

Commentaires