Animal cherche compagnie

La diffusion de cette émission est terminée.

Prévention

Connaître la mouffette : c'est essentiel!

Connaître la mouffette : c'est essentiel!

Karine Larouche 5 mai 2015

Quoi de plus désagréable que de s’apercevoir que notre valeureux explorateur à quatre pattes, au fil de ses expéditions, nous rapporte une de ces odeurs les plus nauséabondes qui soient?

C’est pourtant le cas de bien des chiens chaque année! Une rencontre entre la mouffette et notre animal est peu souhaitable pour plusieurs raisons.

Je vous propose donc un tour d’horizon en deux volets : Prévention et toxicité, et Actions à poser lorsque la rencontre n’a pu être évitée.

Prévenir les rencontres :

Bien qu’on ne puisse éviter toutes les rencontres, mieux comprendre la mouffette nous permet de prévenir bon nombre de ces mésaventures malodorantes qui, comme nous le verrons plus loin, peuvent causer de grands torts à nos animaux.

Tout d’abord, il faut savoir que la mouffette est plus active lors des saisons chaudes. Bien qu’elle n’hiberne pas à proprement parler, elle peut dormir dans son terrier pendant plusieurs jours d’affilés lors des grands froids.

Lorsqu’elle est active cependant, la mouffette privilégie les sorties nocturnes à partir de quelques heures avant crépuscule et jusqu’à l’aube. Cette période de la journée constitue donc un moment à plus haut risque de rencontres avec pitou.

Un autre point important à considérer est de rendre votre environnement immédiat le moins attrayant possible pour les mouffettes.

Cela se fera particulièrement en retirant tout accès possible à une source de nourriture intéressante pour elles. Les mouffettes étant omnivores, elles peuvent être attirées par presque toute source de nourriture : du sac-poubelle au petit bol de nourriture que l’on place sur le balcon pour le chat.

Également, puisque les mouffettes creusent des terriers pour s’abriter, dormir et mettre bas, il est fort possible que le dessous de votre balcon ou patio leur semble LE logis 5 étoiles parfait! En bloquer l’accès de manière préventive est une très bonne façon de rendre votre cour moins attirante pour les mouffettes.

En résumé :

- à la maison, rendez votre terrain moins attirant pour les mouffettes en bloquant l’accès en dessous des balcons, patios, cabanons, etc.;

· enlevant les tas de bois, arbres morts ou autres matériaux qui peuvent sembler un bon abri pour les mouffettes;

· vous assurant de n’avoir aucune source de nourriture qui peut les attirer (poubelles, nourriture pour animaux);

· privilégiant l’utilisation de la laisse lors des balades matinales ou de fin de soirée avec notre chien.

Composition :

Pourquoi donc cette chère mouffette arrose-t-elle notre animal? Il s’agit tout simplement d’autodéfense. Bien que la mouffette ait plusieurs postures d’avertissement avant d’arroser, il faut croire que cela ne soit pas suffisant, car plusieurs chiens, chaque saison, se font arroser par celle-ci.

Le liquide projeté par la mouffette est un composé huileux produit par ses glandes anales. Bien qu’il y ait des variantes mineures entre les différentes espèces de mouffettes, les études ont démontré que cette substance est constituée d’éléments volatils provenant de deux familles majeures : les thiols et les thioacétates.

Les thiols sont les composés responsables de l’odeur insupportable et facilement reconnaissable qui émane de leur jet. Et devinez quoi? Ils forment de 50 % à 70 % de la sécrétion! De leur côté, les thioacétates sont peu odorants, mais, lorsqu’ils entrent en contact avec l’eau, une réaction chimique se produit et les transforme en thiols!

Maintenant, vous comprenez pourquoi, la pire chose à faire lorsque votre animal se fait arroser est de le rincer avec de l’eau! De plus, cela explique pourquoi les senteurs ont tendance à refaire surface lorsque le pelage de votre animal s’humidifie.

Toxicité :

Bien que la première chose que l’on perçoit lorsque notre chien s’est fait arroser par une mouffette soit la mauvaise odeur, il ne faut pas négliger la toxicité de ce composant.

En effet, selon Charlotte Means, DMV de l’ASPCA (Animal Poison Control Center), cette substance peut causer de l’œdème, des infections oculaires, une surproduction de salive, des vomissements et même un aveuglement temporaire!

Il y a aussi de rares cas de maladies sanguines graves développées suite à l’absorption par le corps de ce liquide qui ont été rapportés.

Si vous croyez que votre animal a été arrosé dans les yeux ou la bouche, je vous recommande de communiquer sur le champ avec votre vétérinaire.

De plus, il faut savoir que la mouffette fait partie des animaux susceptibles de transmettre la rage. Toute morsure est donc à éviter.

 

Références:

Chemistry if skunk spray, William F.Wood, http://users.humboldt.edu/wfwood/chemofskunkspray.html

Skunk spray toxicosis : an odiferous tales, Charlotte Means, http://veterinarymedicine.dvm360.com/skunk-spray-toxicosis-odiferous-tale

PETMD, Skunk spray Health effects and getting rid of the smell, Jennifer Coates, http://www.petmd.com/blogs/fullyvetted/2014/jan/how-to-deal-with-skunk-spray-on-pet-31206

Fédération des sociétés canadiennes d’assistance aux animaux, http://cfhs.ca/wild/skunks

http://home.earthlink.net/~skunkremedy/home/

Skunk, http://www.eduscapes.com/nature/skunk/index1.htm

http://www.rageduratonlaveur.gouv.qc.ca/sante/animal.asp

Partager

Retour à la section Conseils d’experts et blogueurs

Commentaires